Plaquer Paris

mercredi 19 avril 2017



J’ai grandi en banlieue avec le luxe de voir la forêt de ma fenêtre et être à Paris en 25 minutes de train. J’ai grandi avec le luxe de pouvoir faire du vélo dans la vallée de Chevreuse l’après-midi et être à La Cigale pour assister à un concert le soir même. J’ai grandi avec le luxe de vivre dans une ville libre et non oppressante, où je respirais l’air sain bien qu’il soit plein de pollen et pourtant, durant tout ce temps, j’ai toujours rêvé d’habiter à Paris.

J’ai rêvé d’habiter à Paris pour ne pas me soucier de l’heure du dernier train, pouvoir sortir sans couvre feu et compter sur un uber pour rentrer safe chez moi. J’ai rêvé d’habiter à Paris pour ce que représente la capitale avec les rencontres, la liberté, la culture et cette joie de pouvoir toujours faire quelque chose de différent. Paris représentait pour moi ma vie adulte. Vivre à Paris c’était être l’adulte que j’ai toujours rêvé d’être. Avoir un job que j’aime et qui me connecte avec plein de personnes, pouvoir sortir prendre l’apéro après le boulot avec les copains, bruncher le week-end avec les copines, me dire que je vais au musée sur un coup de tête, prendre une place de concert à midi pour le soir même… Paris c’était faire ce que je veux comme je veux, être adulte.

Si on était pointilleux sur les mots, je n’habite pas exactement à Paris mais finalement avec le métro à deux minutes de chez moi, c’est mieux que certaines personnes qui habitent dans Paris et qui sont à 15 minutes de la première station aux alentours. Bref, je disais donc que même maintenant que j’habite presque dans la capitale, je ne peux pas me passer de quelques moments chez moi. Quitter Paris c’est déconnecter. Déconnecter des mondanités, du paraître et de l’apprêté. Paris est belle et à Paris, il faut être beau. Alors quand je rentre chez moi, je souffle, plus question de figurer. Je rentre regonfler mes poumons d’oxygènes. Il n’y a pas la liberté et la folie chez moi, il y a le calme, l’apaisement et la sérénité. A Paris, le temps va vite. On travaille à Paris, on sort et on se fait rattraper par la journée suivante. Quand je rentre, il est question de prendre le temps et j’apprécie davantage ce temps aujourd’hui.

J’ai passé le week-end de Pâques en Normandie et il n’y a pas d’endroit où je me sens mieux que face à l’eau. Que ce soit la Manche ou l’océan Atlantique (oui désolée je suis moins fan de la mer Méditerranée), je pourrai passer ma journée à contempler l’horizon. Il y a face à l’eau une autre forme de liberté, plus spirituelle et moins agitée. Face à la nature, je me sens toute petite. Je suis là et je laisse le vent, le cri des mouettes et les enfants faisant des châteaux de sables être ma série. Je les regarde, cela stimule pas mal mon imagination et je me prends à rêver de tout plaquer, de prendre un appartement en bord de mer et d’écrire un livre qui raconterait je ne sais pas quoi encore. Tout plaquer. Parce qu’on m’a souvent dit qu’il y avait surtout du travail à Paris, que mon secteur vivait depuis la capitale, j’ai pensé que je m’épanouirai que à Paris. Aujourd’hui je m’épanouie parce qu’aujourd’hui je suis libre, Paris est ma liberté mais demain, je partirai. J’aime Paris pour ce que cette ville représente à ce moment de ma vie mais je sais qu’un jour, je rêverai de calme, de grands espaces ou en tout cas d’une ville moins bruyante. Peut-être irais-je à Bordeaux pour avoir l’océan pas très loin ou à Lyon pour la proximité avec la montagne. Peut-être que j’irai ailleurs.

Il y a en Paris une certaine forme d’espérance. On vient à Paris pour ce que ça représente, la folie et cette idée qu’on y vivra nos plus belles années. Il y a en Paris l’espoir de toucher la liberté, l’espoir de se trouver personnellement et de trouver la place de s’épanouir. Il y a en Paris l’espoir de trouver un travail, un amant et un super café pour les après-midis pluvieuses. 
Il y a en Paris, l’espoir de devenir quelqu’un, un quelqu’un qui nous suivra partout.

Que vous inspire Paris ? Qu'est ce qui vous pousserait ou vous à pousser à venir vivre à Paris ? L'aventure ? Les études ? 
Est-ce que vous aussi vous avez mis des espoirs dans Paris ?


Sinon dans la minute je raconte ma life, j'espère que vous avez passé un excellent week-end prolongé. Déconnecter de Paris, du boulot et prendre du recul sur les récents événements m'a, pour ma part, fait le plus grand bien. En Normandie, seul le repos, le grand air, les tisanes et les mots croisés ne rigolez pas je maîtrise le niveau force 1 ont occupé mes journées. Oui oui j'ai opté pour un week-end 100% mamie et je vous dis ça sans honte. C'était exactement ce dont j'avais besoin et je vous recommande cette cure vivifiante. 
Prenez soin de vous 

No Comments

Enregistrer un commentaire