Live review d'une nana qui déchire : Tove Lo

vendredi 17 mars 2017

Elle chante.
Elle ondule ses hanches.
Elle est sexy.
Elle saute pieds nus sur scène.
Elle se jette dans son public.
Elle montre ses seins.
Bref, en concert, Tove Lo fait le show.


Avec son premier opus, elle nous avait partagé un univers électro pop dansant, rythmé et légèrement électrisant comme sur « Habits ». Avec son second opus « Lady Wood » sorti en octobre, Tove Lo a débarqué plus assurée avec une pop aux airs latins, avec l’envie de te déhancher jusqu’au bout de la nuit, de partir en Jamaïque et te couper de tout. Ses paroles respirent l’assurance, le girl power, l’expérience d’une femme plus mûre, moins piégé par les garçons et qui sait ce qu’elle veut.

Face à vous, elle sait aussi ce qu’elle veut. Tout est dans l’attitude, dans le « Cool Girl ». Elle dégage du sex appeal mais sans être dans la vulgarité, plutôt dans l’estime de soi, dans la confiance en soi, dans l’acceptation de son corps également. Elle est ravissante, on ne va pas se le cacher, mais pour s’afficher en body combi simili cuir, il faut être plus que bien dans sa peau. A travers son image, elle diffuse une image très positive et donne à son public cette envie de trouver cette confiance en soi, cette acceptation de son image. Elle joue sûrement beaucoup mais elle assume tout.

Artistiquement parlant, elle est au top. Je savais qu’en tant qu’artiste elle jouerait sur l’énergie qu’on ressent dans ses chansons, la sensualité et le romantisme de ses mots. Il n’y a finalement aucune chanson où elle reste scotchée à son micro sur pied. Elle est à droite, à gauche, au milieu. Elle bouge sur scène, partage son énergie et sa joie de rencontrer son public. Elle parle finalement assez peu, confie deux trois anecdotes mais sans s’épancher. C’est comme si il y avait le personnage de ses chansons, un peu provoc et très assurée, et l’artiste qui reste sur la retenue, avec une pointe de timidité et qui ne se lâchera qu’à la dernière seconde quand elle sera satisfaite du show qu’elle vient de donner.

J’ai aimé sa folie contagieuse, ses mots assurés qui vous font croire que vous pourrez déplacer des montagnes parce que vous êtes une femme forte et indépendante, son naturel et son reflet sans artifice. J’ai aimé son style, ce pantalon jaune fluo, ce body qui retranscrit son image fatale. J’ai aimé la setlist qui combine deux albums qui vous font bouger vos hanches. J’ai aimé découvrir l’arrangement musical de « Cool Girl » assez différent de la version studio. J’ai aimé sa touchante interprétation de « Imaginary Friend », la découvrir sur un air plus acoustique, plus doux.

J’ai aimé Tove Lo en live et si vous vous déhanchez déjà sur ses titres dans votre salon, je vous conseille de surveiller sa prochaine venue en France pour vous déhancher avec elle. Bonne nouvelle, si comme moi vous allez voir Coldplay en juillet au Stade de France, vous aurez le plaisir de la retrouver.

Et si vous n'avez pas encore visionné son court métrage, c'est le moment ↓ vous allez tomber amoureux 






No Comments

Enregistrer un commentaire