Les Girls de 2017 : Maggie Rogers

mercredi 22 février 2017

Dans la série des girls à suivre en 2017 mais surtout des girls à voir en concert, là, tout de suite, après-demain, il y a Maggie Rogers qui sera vendredi soir au Point Ephémère à Paris. Sa prestation de la semaine dernière chez Fallon me fait à nouveau regretter de partir pour la Belgique quelques heures avant sa scène parisienne alors espérons que ma première fois chez les Flamands en vaille la chandelle !


Vous avez déjà dû voir son nom associé à celui de Pharrell Williams. C’est lors d’une Masterclass avec celui-ci que la jeune femme est révélée avec l’écoute de« Alaska » et une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux. C’est dans un de ces articles la citant comme la nouvelle pépite découverte par Pharrell que j’ai à mon tour découvert sa douceur et sa simplicité.

Depuis vendredi son EP « Now That the Light is Fading » est disponible et je ne me lasse pas de son écoute chaque matin pour accompagner l’ouverture de mes paupières. Il y a dans « Alaska » la douceur du matin, celle d’une voix qui s’éveille petit à petit, murmurée. Dans « On + Off » qui suit, sa voix est plus affirmée, le tempo de la mélodie beaucoup plus folk. Ce titre vient entre coupé cet EP qui s’inscrit dans un esprit nature et grands espaces comme au travers du premier titre « Color Song » où la voix de Maggie se pose sur une mélodie qu’on associerait au chant des cigales. De même dans « Dog Years », au travers de cet esprit pop folk affirmé et de sa voix mélodieuse, il y a ce coucou d’oiseau qui revient a plusieurs reprises comme pour rappeler le fil rouge de cet EP qui apporte un sentiment d’évasion, de liberté mais surtout de respirer quelque chose de nouveau, doux et pas pollué par un air surfait. Le dernier titre « Better » s’entremêle entre notes électroniques et tempo soul toujours dans une idée de douceur, de vaincre cette solitude mais sans colère.

Il y a chez Maggie Rogers la douceur enfantine et innocente des débuts de carrière qu’on pourrait peut-être prendre pour de la timidité mais on raye vite cette idée quand on a la voit bouger avec poésie sur scène. Elle interprète ses chansons sans se perdre dans un personnage. Elle transmet sa douceur et quand la dernière note se perd, on a juste envie de courir dehors rester le grand air. Produit de la viralité d’internet, elle dégage une assurance naturelle qui contraste avec les artistes électro pop qui émergent du même canal.

Bref Maggie Rogers est carrément une girl à suivre en 2017.

Merci Pharrell pour la découverte et si vous ne savez pas quoi faire vendredi soir, le concert est complet mais il y a peut-être quelques places qui cherchent preneur sur internet !


No Comments

Enregistrer un commentaire