Quand collègue et instagram se rencontrent

mercredi 15 février 2017

Peut-être avez vous déjà vécu ce moment gênant. Ou peut-être pas et cet article vous sera davantage utile pour vous prémunir face à ce moment gênant. Alors que votre semaine de travail avait bien commencé, voilà qu’au détour d’une conversation votre collègue / ami / vous n’avez pas encore déterminé la nature de votre relation vous demande quel est votre pseudo instagram.


ALERTE ROUGE.
La panique.
Le balbutiement. Euh. Oui mais… Euh.
Donne moi 2 minutes que je retrouve mon pseudo.
Alors attend *je passe mon compte en privé* ah bah tiens, je t’accepterai plus tard.

Ne pensez pas à dire que j’exagère les choses quand je vous dis qu’avoir un collègue en abonné sur Instagram c’est le début de la fin.
Déjà il y a le fait qu’un collègue en tant qu’abonné fait que ce collègue passe de relation pro à intrusion dans votre vie perso. Que si vous souhaitiez séparer vie pro et vie perso, vous voilà condamnez à tout mélanger sauf si vous avez prévu de ne plus jamais poster de photos sur instagram. Là, c’est encore autre chose… Je disais donc qu’en donnant mon pseudo instagram à ce collègue, je l’upgrade directement dans la case « kikoo on est copain » et je n’avais pas encore réfléchi à cette question de « au fait, ce collègue peut-il déroger à la règle qu’on ne mélange pas travail et amitié ? ». Vous suivez ? Morale de l’histoire : le karma a décidé de la réponse pour moi et le voilà abonné à mon compte instagram fraîchement repeint.

Fraichement repeint. Oui. Parce que bien sur, à quel moment j’allais accepté ce collègue devenu un copain sans même que je réfléchisse à la question découvrir mon passé de fangirl et de nana qui postait vraiment tout et n’importe quoi sur instagram quand elle a eu pour la première fois un iPhone à 18 ans. Et je ne vous parle même pas des légendes associées à ces photos. J’ai donc viré des photos de coucher de soleil avec en caption « triste que ce soit la fin des vacances » (oui ce genre de caption aurait aussi pu être un statut Facebook veille de rentrée en 4ème). J’ai supprimé les photos de mes coupes de cheveux. J’ai supprimé la série de photo où dans la même semaine j’ai rencontré Rita Ora, Taylor Swift et Chloe Howl parce que là je passais pour la nana qui dort en bas des hôtels et pitié, je me suis respectée un minimum malgré mes conneries. J’ai aussi supprimé des photos en maillot de bain parce que même si on franchit un cap dans notre relation en s’acceptant sur instagram, on est quand même collègue de travail et bordel, y a des limites à ne pas dépasser. J’ai supprimé trop de verres, trop de mojito, trop d’apéro parce que d’accord mon collègue n’a pas 45 ans mais n’allons pas faire penser que je suis une alcoolique. Et je suis arrivée à ma fameuse photo avec Harry Styles et je me suis remémorée ces souvenirs de mes 19-20 ans où j’ai vécu de jolies choses, dansé dans de grands stades, rencontré des gens qui sont toujours mes amies aujourd’hui. Alors je ne l’ai pas supprimé. Il faut dire que j’avais déjà fait un grand tri et que surtout, cette période de ma vie fait aussi ce que je suis aujourd’hui. J’irai pas raconter à mon collègue que je connais littéralement par coeur toutes les chansons des One Direction et que je fredonne les Little Mix mais je ne peux pas non plus renier ce qui m’a donné le sourire.

Mon compte instagram allégé et délecté de photos inutiles et pour lesquelles je me demande à quel moment j’ai eu l’idée de poster autant de photos de fraises, j’ai enfin approuvé la demande de ce collègue devenu copain. Il va maintenant pouvoir faire connaissance avec mes vacances, mon amour pour Ed Sheeran et les festivals, les visages de ma tribu alias ma grand-mère et ma mère et mon frère.

Le même problème peut également s’appliquer à votre compte Twitter que vous avez utilisé des années durant pour spammer vos stars favorites et tout d’un coup, un responsable de votre direction se met à vous suivre. Votre compte de fan girl devient lui aussi immédiatement upgradé en compte professionnel et terminé les sessions où vous fangirlait en live tweet sur Leonardo Di Caprio à chaque rediffusion de Titanic, les photos de chat à répétition, les insultes quand vous regardez un match de football ou l’expression trop forte de vos opinions politiques. Ce n’est pas que mais si vos tweets pouvaient évités d’être le sujet de conversation du déjeuner le lendemain… Tant qu’à faire. Et encore, vous êtes safe tant qu’ils n’ont pas été voir que vous suivez Justin Bieber depuis 2008 ou que Liam Payne vous follow back, victoire d’une bataille acharnée à chaque follow sprue.

Voilà donc le point de rencontre entre notre vie antérieure où on ne réfléchissait pas aux conséquences (bon d'accord le mot est un peu fort) de nos publications sur nos médias sociaux et la vraie vie, celle des gens professionnels qui parle pro, qui partage pro, qui like pro. La rencontre entre deux poids deux mesures de l'utilisation d'Internet où tout se garde, tout s'enregistre. 
Moralité finale : si vous ne voulez pas passer votre lundi soir à cleaner vos médias sociaux, créez vous un compte « je peux raconter ce que je veux » et un compte « je fais illusion d'être une personne 100% corporate ».


Vous aussi vous avez déjà vécu cette crise « je ne veux pas que les gens IRL découvrent ma vie pas IRL » ?




2 commentaires:

  1. Je l'ai eu pendant longtemps, et depuis peu je commence à accepter que les gens de ma fac suivent mon compte instagram malgré les photos de fangirl ou autres qui peuvent me paraître superficielles (alors qu'on les a aimées!)....Après tout, j'assume ! Et j'aime les photos que je prends, je les trouve jolies. Alors peut etre que oui ils vont en découvrir plus sur moi et c'est cela qui me faisait un peu peur car c'est tout de même un accès dans la sphère privée comme tu dis mais tant pis. C'est donnant donnant, on accède aussi à LEUR sphère privée.

    RépondreSupprimer
  2. oui oui oui j'avoue qu'aucun de mes collègues ou anciens collègues de boulots, n'ont mon Twitter, j'ai accepté certains sur instagram car se sont des amis désormais, mais je fais attention à ce que je post car je n'aime pas qu'on sache que je suis blogueuse ahah

    RépondreSupprimer