Party politique

mardi 31 janvier 2017


Oh oui. J'adorerai organiser une soirée à Yoyo mais je n'ai pas encore trouver l'occasion ni même l'entreprise qui me laissera le faire...

Dans le monde des soirées parisiennes, il y a les soirées qui réunissent les personnalités tendances du moment et les soirées où s’invitent les politiques. Dans le premier cas, c’est le nombre de photographes que vous n’arrivez plus à compter alors que dans le second, c’est le nombre d’agents de sécurité et de policiers qui vous étouffent.

Ma nouvelle passion c’est d’organiser des soirées mais surtout des soirées avec des gens importants. Des PDG, des ministres, des personnalités politiques ou du monde des médias. Chaque ajout de nom est synonyme d’angoisse, d’un « pas le droit de se rater » et surtout chaque nom est synonyme de secrétaire. Vous savez cette secrétaire ou bien directrice de cabinet qui quelques jours avant votre soirée vous signale que telle personne sera là de 19h à 19h15 et que dans ce lapse de temps minime il lui faudra rencontrer telle et telle personne. Sauf que ce n’est pas de chance mais dans le même lapse de temps vous avez une autre personne encore plus importante qui a prévu de venir vous saluer et c’est là que les angoisses commencent.

Avoir des gens importants c’est angoissant mais avoir des gens importants qui sont des politiques c’est encore pire. Il y a leur arrivée à sécuriser mais surtout à prioriser, il y a leur temps sur place à prévoir à la seconde près, il y a le fait qu’il faut qu’il soit le centre du monde et enfin, aussi vite arrivé que reparti, il fait sécuriser leur départ. Afin de ne pas vous faire surprendre par un imprévu et parce que ces gens sont très importants et que vous n’avez pas le droit à l’erreur, vous aurez organisé au dixième de seconde leur temps sur place. Organisation qui tombera complètement à l’eau quand votre invité arrivera comme une fleur avec 5 minutes de retard décalant de 5 minutes tout le programme de la soirée. C’est ainsi qu’un ancien président arrive en retard, se retrouve à croiser un secrétaire d’Etat qui devait arriver au moment de son départ et qu’un ministre se pointe avec une heure d’avance sur l’heure prévue.

Il faut être organisé qu’on vous dit, tout prévoir, tout programmer, éviter l’imprévu et que tout soit under control. True fact : il est impossible que tout soit under control quand vous avez comme invité le PDG d'une grosse agence ou le Ministre le plus important du gouvernement. Ils n’arriveront jamais à l’heure indiquée, la personne qu’ils étaient venus voir sera forcément occupée et impossible à déranger, vous allez commencer à stresser car il faudra les occuper et une chose en entraînant une autre, vous tombez dans l’improvisation.

La clé des soirées parisiennes avec la haute hiérarchie ce n’est pas de planifier c’est de pouvoir improviser. 
C’est d’avoir un plan A mais surtout pas un plan B car le plan B ne servira pas. Un peu comme quand vous draguez, vous tentez une première technique, celle qui marche à tous les coups, mais si cette fois elle échoue, vous improvisez et vous essayez de la faire rire.
Vous côtoyez des personnes à qui on ne dit jamais non, qui ont l'habitude qu'on fasse tout ce qu'elle demande alors il faut juste essayer de faire au mieux. Une soirée avec ces profils n'est jamais parfaite. Eux pensent qu'ils sont parfaits mais en réalité ils sont juste exigeants et incapables de faire quoi que ce soit seul. Oui parce que bien sur, on pense qu'un politique ou un PDG dirige alors qu'il ne fait que présider ou indiquer mais cela est une autre histoire que je vous raconterai prochainement.

Ils ont à peine mis les pieds sur les lieux que vous n'attendez qu'une chose, qu'ils s'en aillent pour que la fête commence. Eux pensent que votre soirée sera terne sans leur présence alors qu'elle commencera enfin. Bon, on ne peut empêcher personne d'avoir de l'ego.

Je sais que vous rêvez que je donne des noms, que j'illustre mes propos par du concret. J'aurai adoré vous raconter quelques anecdotes très rigolotes mais je vous laisse imaginer quels genres de boulettes peuvent faire des messieurs avec des oreillettes ou bien quelle grimace défigure le visage d'un homme qu'on fait attendre. Pour le coup, toutes les allusions sont des true fact.
Je vous souhaite tout de même de faire plus de soirées avec le gratin people du "m'as-tu vu dans ma belle robe" plutôt que le gratin grincheux et politique où vous soutirez que des potins que vous ne pouvez pas partager. La prochaine fois, je vous parlerai de ces soirées qu'on surnomme les "the place to be" et où vous retrouvez un acteur en train de galocher une toute autre nana que celle avec qui il s'affiche sur le tapis rouge ou comment un rappeur qui raconte se taper des mannequins galère à draguer en boîte. Parce que oui, c'est bien la réalité de nombreuses soirées parisiennes...

No Comments

Enregistrer un commentaire