Panorama australien

dimanche 8 janvier 2017

Si vous pensez que vous avez passé le meilleur samedi soir de votre vie, je vous arrête tout de suite.
Si vous n'étiez pas à La Cigale pour écouter Mome, alors pensez à vous rattraper lors de son prochain concert parisien le 17 juin à l'Olympia. Conseil d'amie.




Parce qu’on ne change pas les bonnes habitudes, à chaque fois que je parle de Møme je suis obligée de vous parler de Sophie qui m’a fait découvrir son soundcloud un matin beaucoup trop brumeux en novembre 2015. Il n’était même pas 9 heures et elle avait déjà refait ma journée qui avait commencé avec l’heure de pointe de la Jubilee Line et la fine pluie londonienne qui donne des frisotis. En deux secondes, Sophie avait apporté le soleil dans ma journée, quelques notes d’Aloha et ça y est, Møme était adopté.

Après mon retour de Londres en février, Møme a continué de m’accompagner sur les routes de 2016 en s’intégrant à mon quotidien parisien au travers de son EP Aloha. J’ai aussi été l’écouter à sa release party, me suis rendue compte que le mec qu’avait tourné son clip était le copain d’une copine et non je ne suis pas devenue super pote avec Møme mais un début de rapprochement s’est effectué en commentaires Instagram. Les 3 mois qui ont suivi cette soirée ont été à base de frustration extrême d’avoir entendu des inédits de son album mais d’en savoir ni les noms, ni de pouvoir les entendre à nouveau jusqu’au jour où… Tadam, je recevais un gentil lien d’écoute privée pour découvrir son album Panorama et ainsi retrouver l’énergie de Alive qui m’avait fait taper du pied, le souffle de Panorama qui m’avait bercé et ce morceau, Hold On, pour lequel il avait pris la guitare. Je ne vais pas mentir, garder ce lien rien que pour moi fut une sacré épreuve car je suis du genre à, quand j’aime une chanson, soulée la terre entière avec alors que là… Motus et bouche cousue.

Je ne suis pas le genre de nana à écouter un genre de musique unique, pour ne pas me lasser et surtout parce qu’en fonction du style, je recherche des choses bien différentes. Quand j’écoute du rap, je ne recherche pas l’évasion et la liberté que j’éprouve avec cet électro chill qui nous partage Møme. Il nous partage l’australian vibe qui a fait le succès de Flume ou bien Chet Faker avant lui, un quelque chose qui résonne dans mes oreilles comme « vis et lâche toi ». En composant cet album au grès de l’inspiration apportée par ses paysages australiens, Møme nous partage la bande originale d’un road trip mais surtout une carte postale australienne. On ressent dans ses titres la vitesse du voyage, la douceur d’un moment de contemplation, l’excitation d’une rencontre mais sans jamais tomber dans le « trop » de l’électro américain commercial et fait pour passer en boucle en boîte, non pour s’évader.

Quand j’ai écouté Panorama pour la première fois, je me suis projetée là-bas et c’est au travers de cette évasion que je me suis dit que ce projet était beau. Il est parti en Australie, a loué un van et s’est donné 6 mois pour faire un album. Certains racontent leur voyage au travers de cartes postales, de photos, de films, Møme nous raconte son voyage en musique. Au travers de ces titres, je me suis imaginée une Australie peace, love et grain de sable. Quand le titre « Delta » monte en puissance, je visualise ces vagues qui se cassent en quelques secondes qui ont l’air d’heures pour un surfeur. Quand « Wagga » se lance, c’est typiquement le titre que j’imagine en fond sonore d’un long trajet, seule voiture sur la route, à s’extasier sur le paysage autour de soi, aussi sauvage qu’il puisse être. Le son plus urbain de « Routine » me fait penser aux villes comme Sydney et Melbourne, différent des paysages de bord de mer à la Byron Bay. Je m’imagine au coeur des nuits australiennes au travers de « Altitude » puis observant le lever du soleil avec « Playground » avant que « Alive » résonne pour rythmer une séance de sport face à l’océan. Idyllique tout ça non ? Autant que la musique de Møme qui fait du bien et qui semble aussi simple à composer qu’à écouter.


Alors qu’il fait -5 dehors, c’est typiquement le genre d’album qui réchauffe les coeurs.
Møme propose un premier album doux et puissant en même temps au travers l’image de paysages sauvages comme urbains, de rencontres chaleureuses et de surprises réjouissantes. 

C’est une carte postale où on écrit « tu devrais tout quitter pour venir me rejoindre », une invitation à s’évader dans un autre mønde.
Et toi, il t'évoque quoi ce mønde ?



Beaucoup d’amour ♥ Prend soin de toi.
Romy

No Comments

Enregistrer un commentaire