God save the queen

lundi 9 janvier 2017


Comme la moitié des français, vous avez sûrement mangé une galette des rois ce week-end.
A la frangipane, à la pomme, au chocolat, peu importe même si la frangipane, ce n’est pas très bon. Enfin ce n’est que mon avis.
Vous avez peut-être eu la fève, vous avez peut-être été roi ou reine.
Je ne comprends pas cette manie de dire « on tire le roi » ou « on tire la reine ». Chacun y interprètera le sens qui lui plaît.
Bref, je mangeais ma part sans fève quand je me suis demandée pourquoi on appelait ça la « galette des rois » ?
C’est un concept plutôt machiste quand on y pense qui nous replonge dans cette ère romaine où la femme n’était pas conviée au festin et où elle servait plus à faire jolie qu’autre chose. Aujourd’hui on est au 21ème siècle et la femme peut concurrencer la place de l’homme, la femme peut donc avoir sa galette. L’année a à peine commencé qu’on fête déjà un événement à dénomination 100% masculine alors que non, on pourrait créer la « galette des reines ».
On ferait ainsi une galette pour les nanas, avec de la frangipane qu’on mélangerait à du colorant rose pour pousser le cliché jusqu’au bout et surtout, à la place d’une couronne qui se plie en trois dans les boîtes en plastique, on aurait un diadème à la Miss France plus joli et qui même plié en trois aurait fier allure.
Plus sérieusement, sans tomber dans l’extrême, on pourrait carrément féminiser un petit peu cette galette des rois. Lui donner une touche féminine bien au-delà de l’emballage Barbie de certaines galettes. Après tout à Pâques, il y a bien des œufs pour les garçons et pour les filles. Et à Noël, il y a du papier cadeau pour les garçons et pour les filles. Et là je vous vois déjà relancer le débat sur les genres et le fait que ce n’est pas parce qu’on est un garçon qu’on joue au Lego et une fille qu’on joue à la marchande mais s’il vous plaît, pas aujourd’hui.  
Alors je ne sais pas trop ce que vous en pensez mais je crois qu’on tient un concept. Quelque chose à révolutionner changer. Un peu comme cette idée des « calendriers de l’après » pour faire suite à Noël comme le proposait Lutti dans les rayons en décembre.
Du coup puisque je vous ai donné l’idée, vous vous occupez de la mise en œuvre et on partage 50% des bénéfices ? En plus « galettes des reines », ça rime presque :)
 
 

No Comments

Enregistrer un commentaire