Rendez-vous en terres inconnues

mardi 27 décembre 2016


J’ai commencé le mois à Londres. Juste une journée mais cela faisait tellement du bien. S’échapper quelques heures dans Southwark. Flâner à Carnaby Street. Déjeuner au Café Rouge. S’arrêter devant les spectacles de rue à Covent Garden. Entendre cet accent cosmopolite résonner dans le underground.



La semaine d’après, c’est à La Plagne que j’ai fait un arrêt. Respirer l’air frais. Prendre son café face à la montagne. Toucher la neige. Voir le soleil disparaître derrière les sommets. La sensation des lèvres qui se gercent en deux minutes. La crainte de glisser sur du verglas. Le bruit du ski qui dérape sur la neige.

Et aujourd’hui, je vous écris depuis ma Bretagne pas natale du tout. Venir voir la mer. Respirer un autre air où ne se tasse pas les multiples particules fines de l’espace parisien. Retrouver du beurre salée sur la table. Déconnecter sans mail ni téléphone. Souffler et parler d’autres choses. Déambuler dans ces rues du vieux Vannes où on pourrait me perdre.



Ce mois-ci j’ai vu la mer et la montagne. J’ai été faire un tour de l’autre côté de la Manche. Je me suis imprégner de l’ambiance de Noël en me baladant à Montmartre et en faisant mes courses sur les grands boulevards. Ce mois-ci j’ai bougé et depuis les festivals de cet été, ce sentiment de vagabonder me manquait.

J’ai la bougeotte, c’est vrai, ou bien on peut appeler ça de la curiosité. La curiosité d’ailleurs. Sortir du quotidien, de la routine métro – boulot – dodo. Se forcer à se bouger les fesses le week-end plutôt que de rester confortablement dans son canapé. Bref, faire autre chose que d’habitude.



C’est aussi ce que m’inspire 2017 : bouger. J’aimerai enfin pouvoir entreprendre un long voyage. Planifier, préparer, étudier. Regarder une carte, des itinéraires. Me documenter dans les guides touristiques. Consulter des city guide. Aller m’imprégner d’une autre culture, moins européenne, moins occidentale, plus orientale. Aller voir ailleurs ce que propose le Monde et toutes les richesses qui nous entourent. Me déconnecter trois semaines, de tout.

Je crois que cette envie d’ailleurs vient aussi avec l’âge. En arrivant à l’âge adulte, on quitte cette insouciance, ce cocon qui nous fait nous intéresser à nous et on développe une curiosité sur autrui. On est tellement amener à parler de nous qu’on en finit à faire des overdoses de nous. Voyager ce n’est plus être « nous », celui qui travaille et qui a ses habitudes, c’est être un touriste curieux et attentif. On parle tout le temps de nous, de ce qu’on fait, de ce qu’on pense, de ce qu’on accomplit. Voyager, c’est parler des autres et accepter que le « nous » passe après.

Sur le papier, les destinations qui semblent intéressantes ne manquent pas mais si je vous parle de ce désir de voyage c’est parce qu’il n’y a pas que les jolis photos sur le papier qui m’intéressent. J’aimerai beaucoup savoir quelle destination vous a plu, laquelle vous a permis de déconnecter pour devenir un touriste émerveillé et bienveillant. Quel fut le voyage qui vous a marqué pour ce qu’il vous a fait ressentir car c’est ça que je recherche, ressentir quelque chose plus que le fait de ne pas me coucher dans le même lit tous les soirs.

Si tu as des expériences marquantes à partager, feel free :)

Beaucoup d’amour  Prend soin de toi.
Romy



No Comments

Enregistrer un commentaire