Une semaine de ♀- sensualité affirmée

lundi 21 novembre 2016

Je ne sais pas vous, mais travailler 5 jours la semaine dernière, cela m’a complètement perturbée après les deux ponts du début du mois. J’ai attendu avec impatience que vendredi arrive en espérant éviter « la merde du vendredi » aka le dossier / mail / appel très très très chiant qu’il faut traiter en urgence avant de goûter à la liberté du week-end.

A présent, le week-end est terminé, une nouvelle semaine a pris la relève et pour survivre jusqu’à vendredi prochain 18h30, rien ne vaut de la bonne musique pour nous accompagner. Parce que cela fait un baaaaaaail que je ne vous ai pas fait de petite sélection musicale, j’ai pensé mettre le girl power à l’honneur avec un jour, une artiste. Vous n’avez donc plus qu’à suivre mes suggestions et vous laissez bercer par l’atmosphère !

LUNDI SENSUALITÉ
A nos corps aimants - Olivia Ruiz



Tout commence avec son premier single « Mon corps, mon amour » et son refrain qu’on chante à tue-tête « Je baise donc je suis ». Une première affirmation de la sensualité, du désir et de la féminité que met en lumière cet album. Pas de tabou, pas de filtre, l’amour c’est bien, le sexe aussi et il n’est plus question de s’en cacher. La femme veut se faire désirer, la femme n'est pas qu'une maman ou une épouse ou une fille de ou encore une travailleuse. On retrouve dans cet album les différentes facettes de la féminité au travers des différents rôles de la femme. Comme dans ses précédents albums, le rythme est tourbillonnant, les cuivres apportent la tourmente, l'excitation, son accent apporte un air ibérique qui réchauffe et qui ajoute une nuance femme fatale à ce discours affirmé !


MARDI ALTERNATIF
Leon – The Japanese House



Derrière The Japanese House, la voix d’Amber Bain qui fait illusion à son film préféré « Leon » dans cette chanson où son grain enivrant devient magnétique. On a l’impression d’être dans un univers parallèle, doux, féerique. C’est la seule chanson écrite avec un narrateur extérieur comme si Amber écrivait sa propre fin de film, une lettre pleine de désir et de fantasme. C’est une pop mélancolique et romantique qui conclut son EP sur une note dynamique grâce à des synthés rebondissant. C’est l’EP du mardi matin pour rêver en regardant le paysage défilé derrière la vitre du train de banlieue.

MERCREDI DOUCEUR
Endlessly - Tess



En septembre, je découvrais le premier titre de Tess « Love Gun » et j’étais déjà fan de cette voix soufflée si particulière. Ses paroles sonnent comme des murmures accompagnés par une mélodie qui vous fait taper le rythme du pied, tantôt tourner les hanches avec un arrangement assez r’n’b. Je ne se lasse pas de cette douceur dépaysante qui vous plonge âme et esprit sur son île de la Réunion. C’est chaleureux et ça donne envie de découvrir avec impatience son album prévu pour 2017.

JEUDI MISE EN BOUCHE
Dancin’ In Circles – Lady Gaga



Mettons les pieds dans le plat, pour ceux et celles qui n’ont pas encore écouté cette chanson, Lady Gaga y parle de masturbation mais je n’ai aucun gène à l’écouter. Le thème de cette chanson colle avec le thème de cet album finalement si personnel où elle laisse place à davantage de sobriété que les artifices qu’on lui a connu d’un point de vue voix, arrangements, instruments et même sur sa pochette ou son dernier clip. Le mot d’ordre c’est des sonorités ralenties pour mettre en valeur sa voix soul, jazzy qu’on avait apprécié dans son album « Cheek to Cheek » avec Tony Bennett. C’est l’exploration de nouveau territoire ou en tout cas, trouver une manière d’en parler comme dans cette chanson. Niveau mélodie, ce titre reste catchy et fait la transition entre ce qu’on lui a connu et ce vers où elle s’aboutit à présent.

VENDREDI FOLIE
True Disaster – Tove Lo



A l’heure d’aujourd’hui, et au travers de ce nouvel album, Tove Lo représente pour moi la liberté, la folie, l’exotisme, la découverte de nouvelles sensations, l’esprit « se sentir vivant ». C’est contradictoire avec ce single où elle plonge dans une relation amoureuse destructrice où elle sait qu’elle va finir blessée et pourtant… Elle garde cette folie dans ses choix, dans ses chansons comme une Cool Girl : elle fait ce qu’elle veut. Il y a également toujours cet air dansant comme pour rééquilibrer l’histoire qu’elle chante, qui sonne souvent personnel et dans laquelle peut se retrouver son public. C’est l’album du « give zero fuck and do it », c’est l’album qui t’invite à vivre et accepter tes désirs. Tiens on retrouve l’esprit Olivia Ruiz.

No Comments

Enregistrer un commentaire