Chère rentrée

lundi 3 octobre 2016


Très chère rentrée des classes, te voilà enfin arrivée. Enfin, comment on appelle la rentrée au travail ? Je veux dire avec une expression aussi stylée que l’est « rentrée des classes » parce que rentrée au boulot c’est moche à dire comme à écrire (et méga nulle comme caption Instagram). 

Vous avez compris le topo, aujourd’hui je reprends une activité salariée. Moi, Romane, 21 ans et toutes ses dents, marchant fièrement vers les portes de ce bâtiment à 8 étages où elle passera les 6 prochains mois, (et en plus, je suis au huitième étage avec la vue sur le nuage de pollution qui surplombe Paris)(et la montgolfière du parc André Citroën)(la chaaaaaaance).

C’est dingue comme le temps passe vite et lentement à la fois. Il y a un an, j’étais loin d’imaginer tout ce que j’allais accomplir. Vendredi, je déchirais à la hâte cette lettre où figurait la mention « diplômé ». Aujourd’hui, je rentre dans le monde du travail. Et demain… Demain est une surprise.

J’aborde ce lundi comme une nouvelle vie. Voilà des semaines que j’ai l’impression que ce 3 octobre représente ma renaissance, le nouveau moi qui débarque ou plutôt le vrai moi, qui s’accomplit et qui rentre dans le concret. Après 21 années sous la houlette des autres, je suis (presque) indépendante, face à mes choix, mes décisions, mes impôts. Mon responsable ne sera pas un tuteur de stage mais un n+1. Ce qui est aussi un peu déstabilisant d’ailleurs. Jusqu’à aujourd’hui, j’avais toujours quelqu’un pour veiller sur mes arrières, là j’assume tout. Il faut prouver qu’on est le bon, il faut assurer ce qu’on a vendu. C’est comme un stage mais un niveau au dessus. C’est tout aussi excitant que déstabilisant. J’attends ce moment depuis des semaines, des mois, et j’ai l’impression de ne m’être pas encore assez préparée.

Et puis depuis 7 semaines où je glande reprends des forces, je subis tous les symptômes de la rentrée. Il y a d’abord ce sentiment d’appréhension et de doute parce que la rentrée est synonyme de nouveautés et on ne sait jamais vraiment si on sera à la hauteur, on se remet en question. Il y a les moments « girl boss » où on déplacerait des montagnes et des moments down où on se cacherait dans un placard. Il y a ensuite la phase « acheteuse compulsive » parce que qui dit rentrée dit bonne impression dit nouveaux vêtements qui font sérieux, nouvelles chaussures vernis à souhait et nouveaux sous vêtements pour se donner confiance en soi. Enfin, arrive la phase des grandes résolutions parce que la rentrée c’est le commencement d’un nouveau chapitre et c’est presque aussi marquant que le passage d’une nouvelle année. On se dit qu’on ira courir deux fois par semaine, qu’on va se coucher tôt, qu’on fera un gommage tous les dimanche soir après notre bain et qu’on mangera une pomme au goûter. Le mot « rentrée » pourrait être synonyme du mot « déclic ». C’est le moment de changer, de réinventer, de s’affirmer.

Cette nouvelle étape de ma vie c’est aussi réaliser que je grandis, réellement. Ce n’est plus juste une question d’âge qui augmente chaque année mais une question de responsabilité, de titre. C’est une nouvelle étape dans la construction de ma vie, dans qui je suis. Une étape comme l’a été le BAC et le permis et comme le sera le jour où je quitterai le cocon familial, le jour où je construirai une vie à deux. C’est une étape qui illustre plus qu’un diplôme mais une avancée significative dans mon chemin, dans qui j’ambitionne d’être.

8h20, je commence un nouveau boulot et j’ai hâte. Je reviens à mon premier amour, le sport, et je débarque dans un univers que je connais un peu mais où j’ai aussi tant à apprendre. Comme à mon habitude, je ne mélangerai pas le blog et mon boulot. Ce sont deux choses bien distinctes et finalement, même si je sais que certains d’entre vous découvrirons vite où je travaille et ce que je fais, c’est assez personnel pour être écrit noir sur blanc. Malgré le fait que je ne veux pas tout mélanger, l’un influe sur l’autre. Le temps que je passe au boulot, se lever tôt, rentrer tard, les déplacements, c’est du temps en moins que j’ai à consacrer à The Ginger Temper. Du temps en moins pour aller à des présentations, pour écouter des albums, pour rencontrer des artistes, pour rédiger des articles. Je ne vais pas vous mentir, je ne sais pas exactement ce qui m’attend, comment la charge de travail va varier et même s’il n’y a plus de dissertation à rédiger le week-end, je ne sais pas si j’aurai le temps suffisant pour tenir une cadence comme avant. L’autre jour, l’une d’entre vous m’a fait remarquer qu’elle préférait la qualité à la quantité, que parfois j’écrivais parce qu’il fallait que j’écrive. La vérité c’est que j’écris souvent dans la précipitation, parce que je veux vous parler de tout ce que j’aime mais à vouloir parler de tout, je n’en parle pas si bien, je ne transmets pas ce que j’aimerai transmettre et surtout comment j’aimerai le transmettre. Cela a l’air brouillon, bâclé et je ne veux pas que ni vous ni moi ayons cette impression. Voyez-vous, la rentrée c’est aussi une remise en question autour du blog. Je grandis avec lui et c’est normal qu’il change de tournure au fil de mes aventures. Il change selon mes goûts, ce que j’apprends, ce que je vis. Alors je ne fais pas de promesse ou du moins pas de promesse quantitative. Je suis là, toujours là. J’ai toujours envie de partager mais pour le faire mieux, peut-être que je le ferai moins. Du coup je vous invite à suivre le compte Facebook et Twitter du blog où je compte être vraiment plus active (et c'est plus facile de commenter, discuter ou RT si vous ça vous plaît). Pour diffuser de courtes informations, des coups de cœur, c’est tout aussi efficace et ça nous permet de garder contact comme on dit.

C’est la rentrée et c’est un nouveau moi qui débarque. Un moi fort, conquérant, la tête haute et les épaules bien droites, toujours deux-trois kilos en trop qu’elle compte perdre en allant courir deux fois par semaine et le sourire aux lèvres parce qu’elle saute à pieds joints dans quelque chose d’excitant et qu’elle a attendu si longtemps. Aujourd’hui il y a beaucoup de joie, peut-être une pointe d’angoisse mais pour une fois elle sait rester à sa place et ça, c’est aussi le signe que les choses avancent.

Que vous soyez rentré à l’école il y a un mois ou deux semaines, j’espère que cela s’est bien passé, que votre cursus vous plaît et que vos camarades sont sympathiques. N’oubliez pas d’étudier un peu, de lire beaucoup et de vous amuser énormément. Si vous n'avez pas vraiment eu de rentrée, que vous attendez de voir comment les choses évoluent, amusez vous énormément également. Merci pour tous les récents commentaires et le soutien apporté ces derniers temps, cela me touche beaucoup et c’est pour ça aussi que, promis, je ne vous abandonne pas.

Prenez bien soin de vous,
Romy 

No Comments

Enregistrer un commentaire