A Moment of Madness x Izzy Bizu

mardi 6 septembre 2016



En début d’année, je vous invitais à suivre avec attention l’artiste britannique Izzy Bizu et je ne le regrette pas. Vendredi dernier elle nous a proposé son premier opus et il est à la hauteur des avant-goûts qu’elle avait partagé : chaleureux, doux, jazzy. Elle a ce grain de voix pas aussi roque qu’Amy Winehouse mais qui nous rappelle la douceur soul des étés 2006/2007 et ce style de paroles romantique façon Lily Allen. Il est d’ailleurs presque dommage que cet album sorte après l’été alors qu’il en aurait fait le soundtrack parfait à base d’optimisme et de pop ondulante.  

Malgré un instrumental finalement assez répétitif et de même composition, Izzy Bizu a trouvé les tonalités qui mettaient au mieux sa voix en valeur, qui l’accompagnaient plus que la surplombaient. On retrouve la singularité des premières notes de guitare (I Know), des clappements de main, du piano un peu gospel, de la résonnance et du murmure qui rend notamment Lost Paradise plus « dur » que d’autres titres. Ainsi les chansons nous accompagnent de la mélancolie à la nostalgie (Circle) en passant par l’extase, la sensation d’être vraiment vivant, heureux, joyeux comme le sont ses singles White Tiger et Give Me Love.
Ces notes soulignent sa voix, mais aussi ses paroles très douces, jamais agressives, et justes du haut de ses 22 ans. On retrouve des sujets variés autour de l’amour comme la description de son homme idéal dans Skinny ou encore ces relations où on ne sait pas sur quel pied danser dans Gorgeons. C’est un album qui parle des rapports à l’homme, trouver et perdre l’amour, des sujets qui occupent régulièrement les esprits d'une nana de 22 ans.

Cet album de 17 titres répond à la promesse que l’artiste propose depuis 9 mois et plus. Déjà physiquement, quand elle est sur scène c’est un rayon de soleil qui a charisme fou mais avec ses chansons qui sont là pour vous mettre du baume au cœur, c’est pétillant. Elle vous déconnecte de la réalité et propose son univers. Malgré des titres un peu plus pop ou plus balade, il y a une vraie unité proposée, un style musical jazzy-pop qui nous manquait un peu depuis que les Duffy et Lily Allen s’expriment moins et qui rappelle aussi ces grandes chanteuses comme Ella Fitzgerald. C’est chic comme j’aime dire parce que c’est différent des albums pop-électro qui sortent en ce moment et en ce mois de Septembre synonyme de rentrée, ça prolonge l’été, la gaieté et la liberté. C’est mille oui pour cet album et si vous êtes à Paris jeudi soir, sachez qu’elle sera en concert gratuit à 21h10 à Ma Terraza juste après La Femme.


Suivez là sur Facebook - Twitter - YouTube

Alors que pensez-vous de ce petit rayon de soleil britannique ? 




No Comments

Enregistrer un commentaire