Encore x DJ Snake

mardi 9 août 2016




Est-ce que je vous ai déjà dit à quel point j’étais nulle pour parler d’électro ? Je pense qu’il faudrait presque qu’on me donne un cours de musique électro pour que je comprenne toutes les nuances des effets utilisés mais surtout que je maîtrise le vocabulaire de ce genre. Un peu comme pour le rap. Ou que je regarde s’il existe « l’électro pour les nuls ». En fait je pense qu'un jour je vais aller voir un DJ et je vais lui demander de me décomposer son morceau pour mieux comprendre. Je vous tiens au courant bien sur.

Je pars du principe qu’une musique est bien si elle répond à l’un des critères suivants :
-       Vous fait bouger les fesses comme si vous étiez Beyoncé
-       Vous transporte assez loin pour que vous ayez l’impression d’être dans un train au milieu de la jungle Sri-Lankaise
-       Vous fait vous dire « wahou, mais comment le mec arrive à faire ça ? à avoir cette créativité ? »

Ce dernier critère c'est un peu ce que je me suis dit quand j'ai écouté le premier album de DJ Snake vendredi dernier. J'étais curieuse de voir ce qu'il allait nous proposer après avoir explosé l'été dernier avec Lean On, puis Middle. Et puis je suis toujours curieuse de voir comment un DJ se renouvelle et arrive à proposer un album de 12 titres sans qu'on ressente trop de répétition. 

Sa carrière est déjà bien entamée depuis 2009 où il poste ses premiers remix mais son succès lui est très récent. DJ français, on sait aussi qu'il faut faire ses preuves et c'est exactement ce qu'il a fait jusqu'à aboutir à cet opus. Il y a eu ses nombreuses collaborations prometteuses avec Lady Gaga sur Born This Way et Artpop mais il y a surtout Turn Down For What qui élève son nom en 2013. Depuis, il ne cesse pas les collaborations, comme avec Diplo et son groupe Major Lazer, et c'est exactement le mot que j'utiliserai pour parler de cet album.

Ce n'est pas étonnant de trouver autant de featuring sur un album électro mais c'est très rare de pouvoir dire qu'il y figure autant de featuring de qualité. Quand on regarde juste les noms on peut énumérer Skrillex, Young Thug, Travis Scott, JRY mais aussi Justin Bieber. Oui il n'a pas besoin de collectionner toutes les stars pop du moment, il collectionne plutôt les genres et les inspirations. Bieber apporte la pop, Young Thug le hip-hop, Skrillex le tempo très rapide et très accentué qui l'anime. C'est un set de boîte de nuit qui s'offre à vous, pas besoin de l'entrecouper avec un autre disque, tous les ingrédients sont réunis. Il y a beaucoup d'énergie, ces synthés qui tambourinent, ce rythme qui enivre et des titres tout fait pour cartonner à la radio.

Il y a Sober et cette réplique "you never call me when you are sober" qui se retient dès la première écoute. Il y a Future Pt 2 (sûrement ma favorite de l'album) qui joue sur les tonalités funk / trace américaines. Il y a Let Me Love You, tube d'avance en alliance avec Bieber, qui regorge de caption Instagram à la Drake mais surtout qui s'installe dans cette pop tropicale tendance en ce moment, vous savez ce chill électro qu'on adore. Il y a 4 Life qui est la démonstration de l'amour de DJ Snake pour le hip hop. Le morceau est simple mais met à merveille en valeur la voix planante et les mots de G4shi. C'est un morceau généreux, du DJ Snake comme on aime. 

Je n'aime pas toutes les chansons de cet album parce que je ne suis pas complètement initiée à l'électro mais j'aime la prise de risque, de me dire mais comment le mec a l'idée de composer ça, de surprendre avec ces beats, de vous faire planer de cette manière. Il y a ces sons agressifs pour les oreilles, d'autres plus doux et plus planant et c'est pour ça que cet album est si complet. Il y en a pour tous les amateurs. 
C'est un album inspiré et électrique, simple et éclectique, à la gloire du hip hop et de l'électro.


Et vous, qu'avez-vous pensez des différents featuring proposés sur cet album ?


No Comments

Enregistrer un commentaire