Møme vibes

mercredi 6 juillet 2016



La semaine dernière, Møme avait quitté ses plages de sable blanc australiennes pour présenter son EP mais aussi quelques futurs titres de son album à venir lors d’un showcase privée à Paris. Déjà on a été séduit par le lieu et on a déjà prévu d’y retourner prendre un verre, c’est à BNF, le Kiosque Débrouï Art et on adore pouvoir profiter des espèces de fatboy de la terrasse ou bien des canapés de l’habitacle à notre aise. C’était très australian vibes ça aussi avec les guirlandes perchés au-dessus de nos têtes, il manquait juste les palmiers, et le soleil.

J’ai découvert Møme en Octobre dernier. Un matin alors que je retrouvais Sophie pour avancer sur notre sujet de compétition (oui vous savez les fameuses compétitions d’école de communication, les interminables), elle était branchée sur Soundcloud et « Aloha » résonnait dans la salle. J’ai aimé la simplicité, l’air ensoleillé, l’esprit détente « no problem » de la chanson qui ne collait absolument pas à notre compétition à problèmes d’ailleurs. C’était pimpant, c’était frais, c’était neuf.


Dans sa bio Facebook, Møme décrit son style comme « chill-wave » ce qu’on traduirait en français par « traîner vague » ou « traîner dans les vagues ». Oui bon d’accord ça donne envie de passer sa journée à la plage à alterner baignade et bronzette, à se boire un verre autour d’un feu de camp en fin de journée et de vivre jusqu’à la fin de temps d’amour et d’eau salée. Alors déjà qu’on se trémousse quand on écoute ses remix ou son EP dans le train le matin mais quand il joue en live face à vous, votre corps ne répond plus. Un peu trop d’ailleurs quand on observait cette blonde à droite du set qui dansait avec rage, j’ai presque pris peur en la voyant tambouriner du pied à chaque percussion et dieu sait qu’il y en a beaucoup.


Møme en live, il régale. Déjà on sent qu’il prend plaisir, il chantonne, fredonne, il sourit. Il vit sa musique autant que nous apprécions l’entendre. Il alterne les notes sur son clavier avec son jeu à la guitare, pas préenregistré non mais bien face à vous. Je crois que pour faire de l’électro, la règle d’or ce n’est pas d’avoir une bonne oreille musicale ou de la créativité mais d’avoir de la dextérité dans les doigts. Tout va si vite. Un coup tu tournes un bouton à gauche, la seconde d’après tu joues sur ton clavier, encore après tu passes ta guitare autour de ton cou puis tu grattes tout en continuant à régler ton volume… ça va si vite et ils font ça si aisément. Je mettais déjà fait la remarque à la release party de Fakear mais vraiment je suis impressionnée par tant de rapidité et vivacité (d'ailleurs ne manquez pas le remix de Silver). Un de mes potes surnomment même ces DJ des « sushi maker » tellement ils sont aussi vifs que nos amis japonais en cuisine.


Bref Møme en live, on a adoré et on vous le recommande. C’est génial, vous passez un excellent moment et vivement la sortie de son album parce que cet avant-goût d’inédits nous a laissé sur notre faim et on en veut plus.

No Comments

Enregistrer un commentaire