Festival report : Big Festival, Big Fun

mercredi 20 juillet 2016


11h10 samedi, je décollais d'Orly direction Biarritz et le Big Festival. Une première là encore à ce festival qui me fait envie depuis un petit moment. Que demander de plus que de la musique, de la bonne nourriture, du soleil et les pieds dans le sable ? C'est exactement le motto de ce festival "Music, beach, food, fun". 

Depuis l'aéroport, j'ai tout de suite pris la direction de la Côte des Basques et du Big Village où tous les soirs du 9 au 17, il y a eu des sets d'artistes tous plus talentueux les uns que les autres. L'ambiance au village est assez intimiste car l'espace est délimitée par le front de mer. C'est chaleureux, convivial. Il y a les stands partenaires pour se faire chouchouter, la Big Cantine pour bien manger et avec un peu de chance vous pouvez croiser Feu ! Chatterton qui remonte de la plage ou le duo des Casseurs Flowters en plein déjeuner. Je vous ai dit, c'est "à la cool".

Vous êtes en festival sans l'impression d'être en festival. C'est un mood chill - vacances et ça fait du bien. Pas de chichi et c'est parti pour vagabonder sur les trois sites du festival.













Parce que c'était une première et qu'il n'y a rien de plus simple qu'un mini d'abécédaire pour vous parler d'une première, de A à Z ou presque, je vous débrief le Big Festival.

Tout d'abord il y a le Big Aguilera qui est le stade où se déroule les deux grandes soirées de vendredi et samedi. Finalement on se dit que ça fait plus concert que festival quand on y est car il y a cette attente entre chacun des artistes qui se produisent sur la même scène mais ça passe si vite que ce n'est pas si dérangeant. Mais il y a aussi la Big Boite où on retrouve une ambiance plus électro en mode hangar et viva la vida. L'ambiance est tout aussi festive mais plus jeune, plus soirée en boîte et moins variété que les soirées au stade. J'adore mais je n'y emmènerai pas mes parents. On continue avec la Big Cantine qui vous sert de bons petits plats sous les trois tentes installés au village. Appelez ça une cantine est presque péjoratif quand on pense à ces cantines scolaires aux plats préchauffés. Ici la qualité était de mise, vous mangez dans des assiettes dressées et vous ne regrettez pas la barquette de frites de d'habitude. C'est aussi Big Deezer puisqu'ils sont partenaires de l'événement et notamment des soirées gratuites au Big Village et où se sont produits Mome, Cassius, FKJ, Petit Biscuit... Des concerts sur le front de mer et une ambiance de grandes fêtes. La programmation de ce Big Live au Big Village était parfaite !

Parlons chiffons et Big Lunettes qui étaient de mise face au soleil. L'attirail de ce festival c'est tong au pied, crème solaire dans le sac, chapeau ou casquette, châle pour se poser faire bronzette et lunettes de soleil pour bien voir sans être aveuglé. Léger et minimum vital pour apprécier le moment.

Parlons un peu de musique avec les Big Performances de samedi soir. Il y a eu un groupe basque que je ne connaissais ni d'Adam ni d'Eve mais qui a su tout de même accrocher le public avant les formidables Feu ! Chatterton et leur douce et provocante poésie. A suivi les Casseurs Flowters qui ont eux remonté le public. C'est un duo assez touchant quand on les écoute en live, leurs paroles ont une vraie résonance que j'apprécie. La grande star Pharrell est montée sur scène quelques peu avant 23h et je suis désolée de dire que j'ai été profondément déçue. C'est un playback sur 50%, un jeu de séduction constant avec les filles du premier rang. Je m'attendais à un show plus vif et heureusement qu'il y a ses danseuses pour remonter le niveau. Scéniquement parlant, c'est pauvre. Enfin, la soirée s'est terminée sur The Chemical Brothers. Génial, punchy, endiablé. 

Et puis comme tout le temps en festival, il y a ces Big Rencontres. J'ai trouvé les festivaliers hyper chaleureux. Beaucoup de gens du coin, de Bordeaux, du bassin d'Arcachon ou d'un peu plus bas. Ils viennent en famille, entre potes. Ils se connaissent un peu tous. C'est l'événement de l'été, enfin après l'autre événement de l'été que sont les fêtes. J'adore les rencontres en festival, on tombe sur des gens différents mais intéressants. Au premier abord, seul la musique nous lie et on discute pour se trouver d'autres points communs. Même pendant les concerts, j'ai trouvé l'ambiance bonne enfant, pas de bousculade. L'idéal quoi.

Bien sur qui dit Biarritz dit Big Surf et ces surfers et surfeuses qui prennent les vagues face au Village. Vendredi et Samedi, compétition de surf caritative organisée par Roxy et Quicksilver. Déjà je suis admirative des gens qui font du surf car je n'ose pas imaginer l'air ridicule que j'aurai d'essayer de me lever sur une planche. Je trouve ce sport malgré tout artistique. Puis surtout c'était pour la bonne cause, ça représente bien la vie de la côte basque, le surf en fin d'après-midi. Tout pour vous faire ressentir l'atmosphère de vie des gens d'ici.

Passons au Big Village qui est l'un des trois sites du festival situé à Biarritz. En effet, c'est là peut-être l'inconvénient de l'événement, de se déplacer de lieu en lieu. Commencer la journée au Big Village, passer au stade puis à la Big Boite. Ne pas tout avoir au même endroit, les stands partenaires, les animations... C'est un concept intéressant car ça permet de bouger et de découvrir la ville mais ça peut aussi freiner certains.









Bref, autant vous dire qu'on compte bien y retourner au Big Festival. Plus longtemps, plus d'une journée pour bien profiter de cette ambiance sudiste chaleureuse et festive. C'est mélanger tous les petits plaisirs de la vie et j'aime tant ça. C'est vraiment un festival où se rendre si vous aimez cette ambiance chill - no problem - on profite et on verra demain. Il y a le bien être des oreilles, du corps, du ventre. Musique, détente et cours de sport face à la mer, bonne nourriture. Non mais vraiment, qu'est ce qu'on a besoin de plus pour être heureux ? Le Big Festival a tout compris alors vivement l'an prochain, vraiment, qu'on revienne tout oublier et profiter.


No Comments

Enregistrer un commentaire