Poétique et malice, voici Bengale

vendredi 8 juillet 2016




Bengale. Aucun rapport avec le tigre du Bengale mais comme ce félin, ce duo bordelais est tout aussi à craindre quand on découvre leur premier album ambitieux.

Mickaël et Romain, c’est les prénoms de ces deux potes prêts à s’exhiber torse à l’air et boule à facettes sur les tétons pour la pochette de leur album. Une première image graphique qui marque mais qui illustre cette liberté d’expression, cette malice qu’ils diffusent dans leurs chansons à l’heure du #FreeTheNipple.

Le mois dernier ils ont sorti leur premier album, produit par le label qu’ils ont monté par eux même. Un album au joli nom de « Jetaimemonamourlavieestbelle », un long titre pour longue treize chansons de bonheur et de je t’aime, la vie est belle. Si je devais définir le style musical de Bengale je vous dirai qu’on y retrouve de façon assez générale de la pop, du rap avec « Subur », de la variété avec « Dernier Tramway », de l’électro avec « Açores » et cet esprit disco / funk un peu rétro dont on ne se lasse pas. Les sonorités sont scintillantes et sautillantes, elles vous conquièrent comme une flèche en plein cœur. Si je devais décrire leurs sujets de prédilections je vous dirai qu’ils parlent de la société, qu’ils ont cette lucidité sur le monde qui nous entoure et sur ce qui s’y passe mais qu’avec leurs figures de style embellies, ce n’est pas si triste. Le lendemain, l’écologie, la fin de vie… Cela paraît dépressif mais leur rythmique, elle, est immersive. On rentre dans leur univers, on a presque envie de tout plaquer et d’aller changer le monde avec eux.

Ces deux gars sont à mes yeux bourrés de talents. Ils ont une créativité débordante, un phrasé fluide, une qualité de remix convaincante. Ils fournissent une pop ensoleillé, touchante. Il y a un équilibre entre leurs instrumentaux et leurs paroles, les deux se complètent comme ce duo se complète. Ils ont réussi à créer une atmosphère chaleureuse en parlant de désarroi social mais pas que. Ils ont réussi à apporter de la fraîcheur à notre pop, bien plus : de la joie.




No Comments

Enregistrer un commentaire