Double A et Postaal

lundi 20 juin 2016



Excellente nouvelle les amis, Postaal a enfin sorti son EP "AA1" au début du mois et je peux donc enfin retrouver en haute qualité les titres dont j'étais tombée in love au Nuits Claires. Je vous l'avais déjà dit mais j'avais eu un vrai coup de coeur pour ce duo capuches sur la tête mi-français mi-anglais, première signature de BETC Pop Records.

Ce n'est plus une surprise, je suis très très nulle pour décrire les genres de musique. Tout se mélange à mon goût et quand vous parlez avec des vrais connaisseurs, vous avez l'impression qu'il y a tant de nuances à comprendre pour faire de la différence entre de l'électro, de la house ou encore de la soul. Moi j'ai envie de décrire Postaal comme de l'électro house mais avec une bonne dose de pop enivrante qui vous procure des sensations. Pour moi l'électro c'est cool mais c'est plus ambiance que sensation et ce que j'adore avec Postaal c'est qu'ils arrivent à jouer sur différents tableaux avec des drops très électro mais des paroles qui apportent cette pop électrique et surtout ce hip hop sur lequel ils jouent et qui ajoutent un air un peu rétro. Ce n'est pas juste des chansons pour danser mais vraiment pour ressentir et exprimer. 

Avec leurs capuches sur la tête, ils affichent un air presque nonchalant, comme si faire de la musique c'était trop simple pour eux mais avec du recul je pense que c'est leur alchimie qui fait qu'on a l'impression que tout est très simple. J'ai récemment lu dans une interview qu'ils travaillaient vraiment ensemble et que même si Denis était plus dans les paroles et Hervé dans la production, ils partagent tout et ça se ressent. Quand on les voit sur scène, c'est très sombre visuellement avec des basses tambourinantes et beaucoup de puissance mais on retrouve dans leurs chansons cette mélancolie comme dans City Lies grâce à la voix de Jelani Blackman qui contraste avec leur narration scénique.

DECOUVREZ AA1



On retrouve dans cet opus cinq chansons dont deux remix de Clément Bazin et Catchment. Cet EP représente un tout, une vague lancinante, prenante, vivifiante avec des paroles murmurées et une mélodie brulante. C'est le jour et la nuit, l'ombre et la lumière. "(Taking my) Freedom" s'impose comme un air à écouter les cheveux au vent en plein été. C'est un son dance et familier en même temps. Un premier titre, un avant goût qui en fait désirer davantage.
Suit "Burnin'" dans le même genre mais à travers une mélodie plus "plein air" et axée sous le signe de l'évasion, de la liberté. La voix toujours murmurée commence par nous apaiser avant de nous engager. 
A travers "City Lies" c'est la voix groovy de Jelani Blackman qui vient compléter la douceur du piano et la puissance du refrain. On retrouve cette maîtrise hip hop captivante et qui se marie à merveille avec les différentes voix et échos du morceaux. 

Enfin, je ne pouvais pas m'empêcher de vous conseiller de découvrir la version acoustique de "Burnin'" ci-dessous qu'ils ont enregistré récemment. Je trouve que les deux versions sont intéressantes et on perçoit les paroles, les drops, les accords d'une toute autre manière après l'écoute. Entre ça, leurs remix et leurs collaborations comme avec The Shoes sur Give It Away, on peut dire que ce duo a plus d'une corde à son arc et j'ai hâte de les voir continuer à s'épanouir dans leur musique car je les trouve très prometteur.



Les suivre sur Facebook, Twitter, Soundcloud.


No Comments

Enregistrer un commentaire