Life update et journées trop courtes

mercredi 8 juin 2016



Il n'y a pas besoin de me suivre depuis mes premiers pas sur Internet pour connaître mon amour pour le football, pour le sport. Il est apparu un peu par hasard alors que j'étais en 4eme et a décidé de s'immiscer dans mes passions. Pendant longtemps cela a été le football plus que le sport et puis mes études m'ont ouvertes les yeux sur ce monde tout aussi fabuleux que dangereux et j'y ai pris goût. 

Nous ne sommes plus qu'à deux jours de l'Euro et pourtant je n'aurai jamais imaginé ce moment arriver il y a six ans. On a appris qu'on allait accueillir cet Euro le 28 Mai 2010. Ce jour là ma journée avait ainsi bien commencé mais s'est terminée en larmes. Mon grand-père nous a quitté le même jour que cette nouvelle que j'avais prié pour entendre fut annoncée. L'un de mes rêves se réalisait pendant qu'un piller de ma vie s'en allait. J'ai vu ça comme un coup du destin. La coupe du monde en Afrique du Sud commençait quelques jours après. On a passé l'après-midi qui a suivi son enterrement à remplir nos albums Panini et à dévaliser le tabac d'a côté. Il y a six ans je me disais que l'Euro c'était la malchance, je me disais aussi que je ne m'en remettrai jamais. Avec le temps j'ai appris qu'on s'en remet, doucement, et qu'en six ans il s'est passé tant de belles choses inattendues. 

A deux jours du match d'ouverture, je peux dire que j'y serai et ça, je ne l'aurai jamais imaginé il y a six ans. C'était inespéré et pourtant je pense que cela vaut un petit life update sur ma vie ces derniers mois. 


Voila presque 4 mois que je suis en stage à La Française des Jeux et que je m'y épanouie. J'ai l'impression d'avoir eu de vrais projets entre les mains, des projets costauds. Ce dernier mois, ils se sont tous plus ou moins concrétiser et ont pris vie. Sachez d'ailleurs qu'il n'y a pas plus belle récompense que de voir son travail prendre forme comme quand vous voyez votre première campagne affichée sur les panneaux JC Decaux. Alors après des semaines et des semaines, le rapport d'activité 2015 a vu le jour tout comme la soirée anniversaire des 40 ans LOTO qui s'est déroulée le mois dernier. J'y ai investi toute mon énergie et ma bonne volonté parce que ce n'est pas tous les jours qu'on travaille dans une telle entreprise et que ce genre de projets nous sont offerts avec autant d'autonomie. On y apprend tellement de choses, on vit le projet et on le voit se monter de A à Z. On pourrait penser que faire un rapport d'activité c'est ennuyant, et c'est en effet ce que je pensais, puis une fois dedans on s'y consacre à 200% pour justement ne pas le rendre si ennuyant. A défaut de pouvoir revivre la soirée des 40 ans du LOTO, vous pouvez consulter le rapport d'activité 2015 et les plus chineurs trouveront peut-être ma tête au hasard d'un media (ceux qui la trouve ont interdiction de se moquer de ma prestation bien évidemment).

Au delà du fait que travailler chez FDJ me permet d'assister à ce match et que je ne l'aurai jamais imaginé, j'apprends énormément dans cette entreprise. Depuis mon retour à Paris j'ai l'impression d'avoir un peu moins de temps pour moi, pour le blog mais c'est parce que la semaine je suis à 100% dans ce que je fais au travail. Il y a le fait de travailler dans une si grande entreprise qui vous permet d'apprendre beaucoup politiquement, juridiquement ou encore économiquement. Il y a aussi le fait qu'en travaillant sur ces 40 ans LOTO j'ai eu l'impression de traverser l'histoire à travers toutes les archives que j'ai pu consulter. Retrouver les premières affiches, les premières campagne et voir comment la communication et la publicité ont évolué à travers le temps, voir comment LOTO fait parti du quotidien des gens. J'ai appris tous les jours. Je connais à présent les génériques et les campagnes LOTO par cœur, même le spot de 1976 (et j'avoue que je ne veux plus jamais entendre Born To Be Wild). Dans quelques jours j'assisterai aussi à un vrai tirage LOTO en direct. Ceux qui passent le samedi soir avant le prime de 20h50 et que des milliers de personnes suivent avec espoir. C'est comme être un peu dans les coulisses de ce qui fait rêver tant de personnes et qui donne une nouvelle vie à ceux qui gagnent. 


Et puis il y a mon train de vie que j'ai un peu décidé sans repos. Je sors beaucoup, beaucoup pour quelqu'un qui ne vit pas à Paris même. Je ne veux pas me priver, je veux profiter. Alors j'essaye de limiter ça à 3 sorties en semaine mais je l'avoue, je suis dans une dynamique de "la vie c'est maintenant". On est jeune et en bonne santé et c'est maintenant qu'on doit profiter. J'ai rayé le mot "grasse matinée" de ma vie depuis mon retour. J'ai des week-end bien chargés mais même si de temps en temps je me plains et dis que je suis fatiguée, je vis et je profite de chaque instant. J'essaye de vivre, de positiver, d'être dans cette dynamique de curiosité et d'ouverture vers les choses. Je me sens toujours si petite dans le monde et aimerai y faire beaucoup plus. Je me retiens aussi de faire certaines choses parce que l'argent ne pousse pas sur les arbres mais je le sais et je le sens, rien ne m'arrête en ce moment. Bon, à côté de ça il y a des soirs où je me couche à 22h et mes yeux se ferment sans se faire prier. Puis il y a aussi mon mémoire qui doit être rendu dans moins d'un mois et qui n'en est pas du tout au stade terminal. Finalement 24h dans une journée c'est beaucoup trop court, trop court pour tout ce qu'on a à et ce qu'on veut faire. 
Je n'ai qu'une chose à dire : profiter de chaque instant. Ces derniers mois, j'ai l'impression d'avoir enfin commencé ma vie, d'en avoir pris conscience et je suis toujours encore à la recherche de cette équilibre moi-famille-amis-pro. Peut-être que c'est ça aussi de grandir, trouver ses repères, trouver un chemin de vie et le suivre. Une vie qui ne s'arrête jamais mais dont on savoure chaque instant.

No Comments

Enregistrer un commentaire