Huitièmes pluvieux

mardi 28 juin 2016



Quel week-end dites-moi !

Si vous me suivez sur mon compte Twitter perso vous avez sûrement dû voir que j'ai fait l'aller-retour à Lens samedi. Pour la fête des papas, bien qu'un peu en retard je sais mais c'est l'intention qui compte, j'ai invité le mien à venir voir Croatie - Portugal, match de huitièmes. Première fois au stade Bollaert mais on s'est déjà dit qu'il faudrait y retourner pour écouter les supporters sang et or chanter. Mais quand ils seront remontés en Ligue 1. Et pour un match en journée, histoire de ne pas rentrer à 3h du matin parce qu'en plus d'être à 21h, il y a eu des prolongations. Voyons Ronaldo, cela aurait été trop dur pour toi de marquer ou bien a minima de jouer tout simplement pour qu'on quitte le stade à 23h et non pas 40 minutes plus tard ? Je vous ai déjà parlé du folle amour que je porte à CR7 ? Non parce que si ce n'est pas le cas, je pense que je peux y consacrer un chapitre de mon autobiographie. Pour le jour où je l'écrirai, ce qui n'est pas demain car j'ai déjà du mal à écrire la partie C de ma partie 2 de mon mémoire (à rendre vendredi bien sur).






Parlons un peu de ce match parfaitement à l'image des deux autres qui se sont joués ce jour là : décevant. La possession du ballon s'est échangée tout le match, de part et d'autres cela a manqué de vivacité. Il y a eu de l'engagement, ce fut physique et les croates ont opéré de très bons pressing mais ils ont été si décevant dans le dernier geste. Ils ne réalisent aucun tir cadré, ils ratent tout leur coup de pied arrêté. C'est à se demander où ils avaient la tête. Ils se prennent un but après avoir passé trois minutes dans la surface à tenter le tout pour le tout. Une faute de main leur échappe dans la dernière minute, cela aurait pu changer tout le match. Et les portugais, quelle tristesse. Je n'étais déjà pas fan de cette équipe mais montrer aussi peu de percussion, c'est révoltant. Ils ont fini troisième de leur groupe et on comprend pourquoi. Il y a quelques technicités, quelques constructions mais on a l'impression qu'ils attendent plus qu'ils n'agissent. Leur manque d'agressivité me fait me demander quel mérite ils ont à être en quart. Celui d'avoir une action et de la concrétiser ? D'avoir utiliser un contre, enfin, pour délivrer ce match ? Je ne sais pas si on peut parler de mérite après un tel match. Ils sont qualifiés c'est une chose mais ce n'est vraiment pas du niveau d'une équipe à ce stade là qu'on attend. Il n'y avait finalement pas vraiment d'envie de leur part, c'est ce qu'a transpiré leur jeu à mes yeux. Alors je suis triste pour la Croatie car ils m'avaient séduit face à la Turquie, je leur trouvais un bon potentiel, de l'engagement, du physique. Samedi soir, ils ont été désolant face au but alors qu'ils ont essayé, construit le jeu, fait tourner le ballon. La réussite leur a manqué et ça leur vaut un retour en terre croate, éliminé de la compétition.





Et puis même si cela est hors contexte par rapport aux images de cet article, il fallait bien revenir sur ce match de la France. Je l'ai suivi depuis les Solidays. Oui ce fut vraiment un week-end dense et.... c'est pas fini :)))) Le temps de passer les contrôles, on a vu la deuxième mi-temps mais j'ai là l'impression qu'on a rien raté. Les deux buts de Griezmann sont splendides et on sent qu'il est en pleine confiance. Il emmène l'équipe et sa positivité est très importante. Pogba a été invisible, le second que la presse aime bien provoqué. Payet également, je ne l'ai pas trouvé aussi décisif que précédemment mais peut-être que cela est parce qu'on en attend plus de lui. On a su garder la maîtrise du ballon en seconde mi-temps, construire, avancer. Il y a eu d'autres occasions, cela aurait pu permettre de faire le break. Mais il y a aussi eu quelques peurs avec Rami qui est encore bien souvent en retard. Heureusement que Koscielny fait le travail de 1,5 et que Lloris est aussi rapide. Au prochain match, il faudra se passer de Rami et Kanté, un vrai défi de composition quand on voit les équipes de départ depuis le début de la compétition mais surtout il faudra rester dans la dynamique de cette seconde mi-temps : percutant, rapide et s'aider encore plus des couloirs pour trouver des espaces.

Pour parler rapidement des autres huitièmes c'est une surprise sans être une de voir l'Espagne se faire éliminer. Finalement déjà dans la phase de poule, face à la Croatie, on les avait senti fébrile. Beaucoup de petites erreurs qui alourdissent un tout. Pourtant sur le papier, l'Espagne avait les moyens de battre l'Italie mais la rapidité et sûrement l'envie des italiens a dominé. J'ai trouvé l'Espagne approximative, loin du niveau qu'on lui a connu. L'Italie, c'est mon option de la compétition. Je les crains et j'ai fort peur qu'on les retrouve en demi si on se qualifie. Le premier but est difficile mais j'ai l'impression qu'ils ont une force mentale qui les ferait déplacer des montagnes. Ils ne lâchent rien. Le match face à l'Allemagne va être beau mais surtout très physique. Ni l'une ni l'autre ne vont s'économiser et j'ai hâte de voir Muller défier Buffon.

Pour Angleterre - Islande, dieu sait que j'aime beaucoup les anglais mais je ne sais pas si ils avaient déjà joué le match dans leurs têtes, si ils avaient sous estimés les islandais mais leur jeu n'y était pas. Pendant les 20 premières minutes cela a été assez équilibré mais passé la mi-temps ils sont devenus agressifs, cherchant la faute plus qu'à jouer le ballon. Je pense que les anglais n'ont pas besoin de ça et qu'ils savent jouer au ballon, qu'ils savent construire et ils ont été dangereux plus d'une fois. Là aussi le mental des islandais et leur détermination à briller les a sûrement aider parce que finalement, les anglais, c'est le second but qui les a assommé et ils n'ont pas su revenir face à l'Islande. Elle est restée bien en place, créant de l'espace, évitant le jeu trop aérien mais adepte des longues touches. Ils sont techniques, on voit cet essai de ciseau à la fin intercepté par Hart. Les islandais ne sont vraiment pas à prendre à la rigolade et cela va aussi être une bonne leçon pour les français qui dont le passé ont trop souvent joué des matchs dans leur tête.

J'ai hâte de voir ces quarts, de voir comment l'Equipe de France va se débrouiller face à l'Islande, quelle composition Deschamps va proposer mais aussi pour quelle stratégie il adoptera. J'ai hâte de voir ce choc entre l'Allemagne et l'Italie où peut importe le vainqueur, je pense qu'aucune des deux n'aura démérité. Il y a aussi ce Pays de Galles - Belgique qui risque d'être très intense et puis ce Pologne - Portugal sur lequel j'ai du mal à me projeter. Depuis le début j'ai du mal à être convaincue par ces deux équipes, je n'attends qu'une chose : être surprise.

Ces huitièmes nous auront encore une fois prouver que rien ne se prédit dans le football et que la magie c'est de vibrer, de sauter, de stresser. On se prend au jeu même quand ce n'est pas notre équipe qui joue. Rien n'est jamais joué. Il n'existe pas de favori. Les émotions que provoquent ces rebondissements, c'est vraiment ce pourquoi on aime le football. 




No Comments

Enregistrer un commentaire