Turquie - Croatie, des sifflets et du rouge

lundi 13 juin 2016



 

C’est officiel, je pourrai vivre de football, d’amour et d’eau fraîche et je serai la nana la plus heureuse de la terre entière. En 48h, j’ai eu l’occasion de vivre déjà deux matchs de l’Euro et la joie qui m’éprend est indescriptible. Etre là, dans ces stades où tout le monde chante, s’agace, saute, s’enthousiasme. C’est fabuleux, vraiment.

Hier c’était donc Turquie – Croatie au Parc des Princes, un match sous haute surveillance de niveau 3. Premier constat, contrairement à France – Roumanie, il y avait une première ligne de vérification des billets effectués par les CRS avant celles des bénévoles. Deuxième constat, une fouille plus accentuée que celle de France – Roumanie où on ne m’avait même pas demandé d’ouvrir ma trousse de survie (oui je sais que ça vous fait rire mais oui j’ai toujours une trousse de survie sur moi en cas d’imprévu mais je vous en reparlerai plus tard). Dans le stade, nous étions mêlés aux supporters turcs et bien que ces personnes soient très agréables, elles sont très bruyantes. Déjà que je ne comprenais pas un mot de ce qu’ils racontaient mais quand ils se mettent à siffler, ils ne font pas semblants nos amis. Une ambiance animée, joyeuse, qu’on n’a pas l’habitude de retrouver dans ce stade souvent bien calme et à peine réactif. 

Parlons du match à présent que j’ai trouvé très vif avec un ballon qui circulait très rapidement. Je l’avoue, je n’ai pas l’habitude de regarder les matchs de la Turquie et de la Croatie alors c’était un peu une première pour moi de découvrir ainsi leur jeu. Les deux équipes sont tout de suite rentrées dans le match et on a vu de suite de nombreux contacts et tacles. Pour le coup, ni l’un ni l’autre ne font semblant quand ils jouent le ballon. J’ai trouvé la première mi-temps assez équilibré en termes de possession du ballon avec plus d’entrées dans la surface de la part des Croates. De manière générale, le problème de la Turquie c’est qu’il laisse beaucoup d’espaces et la Croatie opère un pressing haut qui les a empêchés de percer autant qu’ils auraient souhaité. Du coup les Croates restent très percutants et font courir leur adversaire. Je les ai trouvés très rapide et j’ai hâte de les voir jouer face à l’Espagne qui sera un duel très intéressant.



L’autre match de la journée c’était Allemagne – Ukraine à Lille. Un match dans lequel l’Allemagne ne s’est finalement pas si facilement imposée. On a pu constater quelques problèmes de marquage en défense et si Boateng n’était pas si concentré et Neuer si rapide, il est fort à parier que l’Ukraine aurait pu égaliser avant la mi-temps. Après celle-ci, c’est comme si les Ukrainiens avaient abandonné et au lieu de rester sur une dynamique d’attaque, ils ont davantage joué de sorte à ne pas concéder de nouveaux buts, plutôt en retrait. Finalement cela leur aura joué un mauvais tour puisque Schweinsteiger fait le break dans les arrêts de jeu, deux minutes à peine après être rentré dans le terrain, avec un contre aussi rapide que Flash McQueen. Plus sérieusement, après ce match je constate que de manière générale, depuis le début de la compétition, il est difficile pour l’équipe qui mène de faire le break avec un second but. Je ne dirai pas que cela signifie que la compétition est équilibrée mais plutôt assez physique et que cela nous prédit donc de gros matchs décisifs à venir.

Est-ce que je vais parler de ce qui s’est passé à Marseille ? Oui, rapidement. Le seul constat que je fais c’est que cela fait six mois qu’on s’entraîne à éviter la menace terroriste et qu’on en a oublié ces fanatiques violents qui font passés nos ultras français interdits de stade pour des anges. Oui ils sont violents et oui on n’était pas préparé à cela parce que ni la France, ni l’UEFA a mis les moyens d’empêcher cela. Je ne serai pas surprise qu’il y ait d’autres perturbations, ce n’est pas comme si on ne l’avait pas prédit.

Et vous, que pensez-vous de la compétition jusqu'ici ?

No Comments

Enregistrer un commentaire