J-90

samedi 12 mars 2016





A J-100 de l’Euro, la Fédération Française de Football a présenté son dispositif d’accompagnement de l’Equipe de France : « Fiers d’être Bleus ». A J-90 de l’Euro, je me suis dit que j’avais eu assez de temps pour réfléchir et me dire qu’est-ce que cela signifiait, qu’est-ce que ça me laissait entendre. Est-ce que je suis fière d’être bleue ? Est-ce que les joueurs de l’Equipe de France sont fiers d’être bleus ? C’est une drôle de campagne qui joue un peu sur les mots et l’actualité quand on y pense. Je ne voulais pas revenir dessus mais est-ce qu’on est fier d’être bleu quand on laisse s’immiscer des querelles à la Benzema/Valbuena au sein de Clairefontaine ? Est-ce qu’on est fier d’être bleu quand on ne chante pas la Marseillaise ? Est-ce qu’on est fier d’être bleu, vraiment, à 100% ? Est-ce qu’on est fier d’être bleu quand on porte notre maillot ? Est-ce qu’on est fier d’être bleu dans la victoire mais aussi dans la défaite ? C’est une notion très particulière et une question sur laquelle nous avons tous une réponse différente. On a tous notre histoire, nos souvenirs, nos joies et nos peines associés à l’Equipe de France et c’est ce qui fait la force des supporters bleus : ils sont tous différents. On est tous « fier » pour une raison différente. On est tous « fier » car ça nous réunit, autour d’une équipe et du football, alors que sinon on aurait pu ne jamais se rencontrer. On est tous « fier » car ça nous procure un sentiment indescriptible.

J’ai rencontré beaucoup de personnes grâce au football, rpz ce forum sur Yoann Gourcuff où on parlait de beaucoup de choses mais finalement très peu de Yoann Gourcuff. La passion a dépassé le nom du site, on parlait de tout et on écrivait des textes à rallonges qui animaient des débats sans fins. On était tous fiers et convaincus qu’on avait raison. On défendait là plus souvent club qu’équipe nationale mais on y mettait la même énergie, la même passion, la même envie. On était fier et on voulait le crier, ici l’écrire assez gros pour que le message soit lu.

La fierté bleue c’est aimer son équipe, la soutenir, se remémorer ses moments où on y croyait plus que tout, ceux où on voulait nous même aller crier dans le vestiaire. La fierté bleue c’est ne pas lâcher, c’est être passé par Knysna et toujours croire que son équipe peut rebondir. La fierté bleue c’est aussi accepter que l’erreur est humaine, que notre équipe ne gagne pas tout à la suite comme l’Espagne mais qu’elle a du potentiel. La fierté bleue c’est être supporter tous les jours, c’est porter son maillot pour toute occasion, c’est être au stade ou devant sa télévision. La fierté bleue c’est la mienne, la votre, celle qui nous unit. Ma fierté bleue est un mélange de haine et d’amour. Quand on y prit par une passion, par une équipe, on passe par tout sentiment. On l’aime profondément et on lui donne le pouvoir de nous atteindre. Il y a des jours je déteste le football de m’avoir rendu si sensible pour quelque chose qui est une passion et le lendemain, je bénis le football de m’avoir apporté tant de joie.

Il y a ma fierté bleue et il y a l’Euro. L’Euro n’est pas vraiment associée à quelque chose de positif pour moi et je compte vraiment sur ma fierté bleue, mon équipe de France, pour que cet événement soit ancré comme le souvenir d’un moment joyeux, d’un moment de fête, d’un moment de bonheur.
Ma fierté bleue finalement c’est de dire et de croire que quoi qu’il arrive, au final, l’Equipe de France procure beaucoup de bonheur (et j’ai l’impression d’écrire un texte à la gloire de Coca Cola en disant ça !) et que c'est vraiment une sensation que peu de chose m'apporte.

Au fait, ça veut dire quoi pour vous « Fiers d’être Bleus » ?


No Comments

Enregistrer un commentaire