Instagram, nouveau guide Michelin

vendredi 29 janvier 2016


La semaine dernière, une amie nous a proposé d’aller déjeuner dans un restaurant devant lequel elle était passée la veille. On regarde le site internet, ce n’est pas très visuel, on n’est pas très inspiré. Elle nous rétorque « non mais va voir sur Instagram, c’est de la bombe ». On tape la localisation du restaurant et en effet, tout de suite ça donne beaucoup plus envie. On tombe sur des photos charmantes, des plats qui font crier famine à nos estomacs et qui nous donnent envie de quitter le cours dans la seconde. Avec du recul, je me suis rendue compte que c’était un petit peu absurde de choisir un restaurant d’après des photos Instagram et pourtant inconsciemment on incite tout le monde à ce nouveau type de consommation.

Avec les réseaux sociaux on partage ce qu’on fait, on partage où on va en vacances, on partage nos manières de nous habiller et nos manières de manger. Je suis la première à prendre des photos de ma nourriture, à retoucher la lumière, à poster sur Instagram et à surtout ne pas oublier la localisation pour dire à tout le monde « hé ho j’ai été manger là ». Cependant il y a deux pièges à cette technique…

La première : on fait jouer le paraître avant tout. Le plat est beau et c’est gagné. On n’a pas encore goûter une lichette que c’est déjà sur les réseaux. Les restaurants l’ont compris et misent tout sur la décoration de leur espace, la présentation de leur assiette et l’esprit hashtag.
La deuxième : ce qui est moche visuellement mais bon au niveau des papilles ne sera jamais partagé. Tiens vous ne m’avez jamais vu poster de photo de cet indien délicieux à Whitechapel alors que c’est sûrement devenu mon restaurant préféré à Londres. Un délice, pas cher mais esprit un peu cantine et finalement pas trop « instagrammable ».


Et puis surtout, on passe son temps à instragramer des avocado toasts, des smoothies healthy sans parler du Five Guys du lendemain de soirée ou de notre sandwich Prêt à Manger du midi. On mise encore une fois sur l’image qu’on veut dégager de nous. On vend un mode de vie a moitié affirmé. Instagram et Internet, c’est un peu les meilleurs amis des tricheurs qui ne veulent pas tout dire, tout montrer et qui vous font croire qu’ils ont une vie à envier.

C’est donc ça le risque aujourd’hui. On partage toujours ce qui est beau, on fait jouer la forme avant le fond. Instagram est devenu le nouveau guide Michelin de ma génération. On se conseille mutuellement nos bonnes adresses, nos bonnes destinations, nos bons spots et nos bons verres parce que c’est joli, c’est visuel, c’est graphique mais est-ce que c’est vraiment bon ? On fait dans la promotion imagée et non dans la promotion de propos. On vend des roof top sans dire si le cocktail qui va avec vous rend malade ou pas. On vend des coucher de soleil sans vraiment dire qu’avant d’y arriver vous avez 2 heures de route, que vous pouvez crever ou tomber sur un rocher. On vend de l’esthétisme avant de connaître la véritable histoire.

Puis quelques jours plus tard vous tombez sur cette amie, vous lui dites « trop belle ta photo Insta, c’était bon ? » et elle te répond que oui c’était bon mais qu’ils ont attendu 20 minutes avant d’avoir une table, que les gens de la table d’à côté n’arrêtaient pas de crier et surtout que c’était hyper cher. Alors oui, ça valait bien une photo Instagram sans légende avec une localisation qui fait rêver les amis mais qui en fait ne fait pas rêver tant que ça.



La morale de cette histoire c’est que les réseaux sociaux c’est bien, ça nous permet de dénicher des endroits qu’on n’aurait pas trouvés ailleurs mais que ce n’est pas infaillible, que ce n’est pas non plus la seule source à prendre en compte. Que vous cherchez un endroit où manger ou des spots à visiter en vacances, oui Internet pourra vous conseiller de chouettes endroits mais il vous en fera manquer tout autant sous prétexte que ce n’était pas joli, pas graphique, que ça ne convenait pas au thème Instagram de vos amis. Ne prenez pas tout ce qui est dit sur Instagram et Internet pour acquis, un bon guide Michelin plein d’anecdotes pourra vous être plus utile que vous ne le pensez. Je ne pars jamais en vacances sans un guide de poche ou un livre rempli d'anecdotes sur l'endroit où je vais.


Et vous, choisissez-vous aussi des restaurants ou des endroits à visiter d'après des photos vues sur les réseaux sociaux ? 


No Comments

Enregistrer un commentaire