Je ne veux plus faire d'études

jeudi 28 janvier 2016



La semaine dernière, mon humeur a pris le dessus sur ce que je comptais vous poster. Je vous ai parlé de mes doutes sur mon orientation tandis que j'avais initialement prévu de vous parler de mon choix d'arrêter mes études, pour le moment. Parce que c'est aussi une bonne continuation à mon propos, voici pourquoi je ne veux plus faire d'études...

Jusqu’au BAC, on a cette impression que notre chemin est tracé. On ne se pose pas trop de questions et on se contente d’avancer. Enfin, il arrive l’heure des interrogations avant celui des choix. Qu’est ce que j’aimerai bien faire plus tard ? Qu’est ce qui me passionne ? Plutôt un BTS ou l’université ? On se pose les questions qui détermineront, un peu, le reste de notre vie avant de valider nos choix APB et d’envoyer les dossiers de candidatures aux écoles et autre.

Il n’est pas rare qu’on se trompe la première année, qu’on pensait l’économie fait pour nous alors que pas du tout. On arrête après un semestre. On rassure nos parents en leur disant qu’on va se trouver un job étudiant. On se demande bien qu’est ce qu’on pourrait faire, qu’est ce qui nous plaira plus. On recommence comme l’année dernière, partagé entre APB et le privé. Dans un sens c’est normal de se tromper car c’est la première fois qu’on se confronte à la réalité de ce qui pourrait potentiellement nous attendre dans notre vie future. On met une réalité sur nos idées. Ce n’est pas grave de se tromper, ce qui est important c’est d’essayer de trouver sa voie jusqu’à temps qu’on trouve quelque chose qui nous passionne.

Ces choix, je les ai faits y a quelques temps maintenant. J’ai trouvé ma voie et je me suis lancée. J’ai fait un bachelor et maintenant je suis en Master 1. En choisissant de faire mon Master 1 à Londres, j’avais déjà la petite idée de ne pas faire de Master 2. De temps en temps mon discours étonne autrui. Ils me disent « pourquoi ne fais-tu pas un Master 2 ? tu auras 23 ans quand tu seras diplômée et la vie devant toi » mais je n’ai pas envie de faire un Master 2.

Il est certain que je suis encore jeune pour débarquée dans le monde du travail de manière définitive. J’aurai toujours 21 ans quand je répondrai à des offres d’emplois cet été mais je ne me sens pas prête à faire un Master 2. Tout d’abord, je n’ai pas trouvé de Master 2 qui me passionne et qui m’intéresse vraiment. Deuxièmement, j’avoue en avoir un peu marre des études et de passer 6 mois d’un côté, 6 mois ailleurs. J’ai ce besoin de me poser, de faire les choses sur le long terme, de savoir si mes 4 ans d’études m’ont vraiment apporté les compétences dont j’ai besoin ou si je dois retourner sur le banc de l’école car je ne suis pas encore au top. J’ai besoin de faire un break pour me rendre compte de ce que j’ai appris et de ce qu’il me manque à apprendre. Pour l’instant c’est bien, j’ai fait 4 ans d’études, j’ai fait des stages mais je ne me suis jamais vraiment jaugée. J’ai besoin de mettre le pied dans le monde réel, quitte à me prendre une gifle, pour pouvoir grandir. J’ai l’impression de stagner, d’être dans mon petit cocon protégé par l’administration de mon école, par des conventions de stage qui disent que vous ne devez pas avoir de responsabilités trop importantes. J’ai envie de sortir du nid, de ne plus être couvée et de voir ce que je vaux vraiment. C’est sûrement très ambitieux de ma part et peut-être que dans un an je vous dirai que je retourne déjà sur le banc de l’école mais tant que je n’aurai pas osé, je ne saurai pas ce je suis, ce que je peux vraiment apporter à une entreprise.

Un psychologue vous dirait sûrement qu’au contraire, en faisant cela je reste dans mon cocon car je sais qu’au premier doute je peux toujours reprendre mes études, j’ai toujours ce Master 2 qui m’attend. En effet, je me suis posée la question de si je ne voulais pas faire de Master 2 c’était parce que je ne voulais pas dire que j’ai vraiment fini mes études. Il y a sûrement une petite part de cela dans mon inconscient mais je pense vraiment ne pas avoir la maturité de faire un Master 2, de mettre un point final à tout ça sans avoir eu une chance de me jauger pour m’améliorer.

J’ai envie de me lancer ce petit défi car après tout combien font des années de césure ! Mais je ne veux pas dire que je fais une année de césure car je ne sais pas si cela sera 6 mois ou 5 ans, je ne sais même pas si finalement je ferai un Master 2. J’ai décidé d’accepter de prendre le risque de chuter en me confrontant à la réalité. C’est ma réponse à ceux qui doutent de mes motivations et cela doit aussi être la vôtre. Faites vos études comme vous l’entendez, saisissez les opportunités qui s’offrent à vous et ne restez pas dans la « norme » qu’on veut vous dicter. Oui on peut faire des pauses, oui on peut se tromper, oui on peut tout recommencer. Oui vous avez le droit d’avoir peur, de douter et si ça arrive prenez du recul, demandez vous ce que vous voulez vraiment faire de votre vie, qu’est ce qui vous fera sourire du matin au soir. Ce moment de votre vie détermine ce qui vous attend pour au moins les 50 prochaines années alors prenez le temps de réfléchir et de faire les choix que vous voulez, pas ceux des autres.


Et vous, avez déjà eu l'impression d'être déboussolé face à vos études ? De ne plus savoir quel chemin prendre ?



2 commentaires:

  1. Je suis surprise d'apprendre ça, mais tu as raison de t'écouter. C'est toujours un choix difficile à faire, de s'arrêter comme ça. Est-ce que tu as déjà des projets en perspective ? D'autres choses, envies déjà planifiées ? Ou est-ce que tu es vraiment dans le flou total ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je n'ai pas vraiment de projets. J'aimerai trouver un travail, voir ce que je vaux vraiment. L'idéal serait de déjà trouver un CDI mais sinon avoir un CDD. En fait je ne sais pas trop quelles compétences j'ai et celles qui me manquent pour avoir un profil complet. J'aimerai pouvoir m'évaluer pour plus tard reprendre mes études dans l'idée de me perfectionner. C'est le flou total avec la seule idée de me jauger dans le "vrai monde".

      Supprimer