J'ai écrit 10 fois Benzema dans cet article.

mardi 10 novembre 2015


Benzema. Un nom de famille, une histoire, un gamin de la banlieue lyonnaise devenu star du Real Madrid. Benzema. Un nom en une des tabloïds, un nom que la justice cite dans trop d’histoires qui ne s’apparentent pas au football.

Tantôt de la corruption, tantôt des histoires d’alcool, tantôt des histoires de cul… Le football d’aujourd’hui fait souvent la une de nos journaux quotidien pour des histoires extra sportives qui ne reflètent pas l’amour du jeu, l’amour du sport ou même qui est le footballeur.

Ces histoires extra sportives ont fait fuir M’Vila en Russie qui n’a pas supporté la pression médiatique quand il a dû admettre qu’il avait eu une relation avec une prostituée par exemple. Benzema, lui, fait face et pourtant c’est la deuxième grosse histoire a laquelle il est lié avec Zahia. C’est comme si c’était trop simple de toujours tomber sur Benzema et que lui finissait toujours dans les sales histoires.

Benzema est le vilain petit canard de l’Equipe de France depuis Anelka. C’est toujours très simple de le critiquer, de l’accabler pour son jeu ou autre. Soyons honnête, il y a malheureusement sûrement de ces origines dans l’histoire. Après tout on ne remet pas en cause les fréquentations de Valbuena qui lui ont substitué cette vidéo mais entre nous, les fréquentations des footballeurs n’ont jamais volé bien haut sauf quand vous êtes un Gourcuff, gendre idéal.

Benzema tombe toujours dans ces histoires de justices, toujours. Pourtant le footballeur n’est pas parfait. Giroud a trompé sa femme et cela a fait la une des tabloids anglais. En 2012, quelques espoirs ont préféré aller faire la bringue que rester à l’hôtel. Cristiano Ronaldo a payé la mère de son enfant pour en obtenir la garde. Mais cela n’a aucun rapport avec la justice alors on oublie, on oublie que personne n’est parfait et surtout pas un footballeur.

Le footballeur c’est comme le sportif de haut niveau. Il passe son adolescence à s’entraîner. Quand on commence à lui offrir des millions, il se met à rêver. Il décide de vivre ce qu’il n’a pas pu vivre quand il s’entraînait 6 jours sur 7, 40h par semaine. Il est un peu inconscient, il se sent puissant, il profite. Il défie les lois.

Benzema défie beaucoup les lois. Il les accumule c’est vrai. Tantôt le sexe, tantôt les bolides qu’il a mais qu’il ne peut pas conduire car monsieur n’a pas le permis. La vérité c’est que ce genre d’histoire arrive tous les jours en France mais qu’on en parle uniquement parce que ça implique deux internationaux. Valbuena n’est pas le premier à faire une sextape et, si cela est vrai, Benzema n’est pas le premier à faire du chantage, malheureusement. Mais le football c’est glamour après tout, ça fait vendre.

Et puis il y a nos politiques. On les laisse faire. On ne leur demande pas d’être parfait, on accepte qu’ils aillent voir ailleurs. On en parle deux/trois jours et on passe à une autre histoire, chez ces sportifs sur qui il est si facile d’écrire. Nos politiques sont pourtant ceux à qui nous confions la direction de notre pays, ses finances, sa protection. Ce que fait Benzema n’influencera jamais ma vie, ce que fait Hollande, Sarkozy ou DSK si.

On peut continuer à écrire des lignes et des lignes. On peut continuer à se plaindre. On peut continuer à chercher la bête noire. On peut continuer à enfoncer nos footballeurs et pourtant le sport est là pour tout autre chose. Le sport est là pour divertir le dimanche sport. Le sport est là pour vous faire trembler, frissonner, crier. Le sport est là pour vous faire descendre dans la rue. Le sport n’est pas là pour vous rappeler les bêtises de l’être humain.

Personne n’est parfait et personne ne le sera jamais alors au lieu de faire la liste des défauts de Benzema, concentrons-nous sur ce qui compte, sur ce qui nous fait vibrer et consacrons les unes de nos quotidiens à l’environnement, la crise financière ou le chômage, à des sujets qui ont vraiment de l’importance et pour lesquels on a besoin de solutions.


No Comments

Enregistrer un commentaire