Le droit d'échouer

vendredi 2 octobre 2015




En faisant le choix de venir à Londres, j’avais de grandes attentions. Je voulais apprendre certaines choses et qu’on me dise certaines choses. Jusqu’à aujourd’hui je ne suis pas déçue, j’adore ce que j’apprends, les professeurs sont authentiques et en plus de nous apprendre des compétences, ils nous apprennent la vie. L’autre jour un de nos professeurs a consacré une partie de son cours à l’échec et même si dans un sens je le pensais déjà, sachez qu’échouer est ce qui vous fera réussir.

Ce n’est pas prétentieux mais je n’ai jamais eu l’impression d’avoir fait face a un échec. J’ai toujours réussi mes examens, j’ai toujours eu un stage, mes entretiens pour un emploi ont souvent abouti et je n’ai jamais eu cette impression d’avoir été en détresse. Ou alors c’est que je suis super forte pour relativiser ce qui m’arrive (ne rêvons pas trop non plus). Je veux dire même ma collocation, je ne considère pas ça comme un échec. Ce n’est pas brillant mais j’ai un lit pour dormir, un micro-onde pour réchauffer ma nourriture et une douche pour me laver. J’ai fait des erreurs, des grosses erreurs, j’ai fait des bêtises dans mes stages mais je ne me suis jamais mise en danger, je ne me suis jamais retrouvée face au mur en me disant que c’était la fin, que ça ne servait à rien de revenir le lendemain. Je ne pense pas pouvoir dire que j’ai consommé l’échec et pourtant je pense qu’il est bon pour chacun d’y faire face.

Je veux faire face à l’échec, je veux dire que ça craint et que c’est la fin du monde car je crois qu’on ressort plus fort de ses échecs. Bien sur quand on fait une erreur, on sait qu’il ne faut pas la refaire et on apprend une leçon mais l’échec c’est plus fort, c’est quelque chose d’impactant pour notre vie. Une bêtise ne change pas notre vie, on refait souvent la même bêtise, échouer, on ne le refait pas deux fois.

Il paraît qu’on est souvent confronté à l’échec dans le monde professionnel et que plus tôt ça arrive mieux c’est car c’est ainsi qu’on gagne de l’expérience. Cela nous évite de nous faire prendre au piège, cela nous permet de prendre une longueur d’avance sur son concurrent. On sait ce qui ne faut surtout pas faire.
Il y a aussi ces échecs personnels. Pour le coup, là, nous sommes les seuls à évaluer si c’est un échec ou non. Cela ne regarde que nous et qui est autrui pour nous juger. Ne soyez pas trop dur avec vous même si vous considérez avoir « échoué ». Il est fort probable que quelqu’un d’autre vous dise que ce n’est pas si grave mais je sais que quand on est en pleine discussion avec soi-même, la parole des autres ne compte pas. Ne soyez pas trop négatif, ressortez en le positif. Comme on dit ce n’est pas grave de tomber si on se relève.

Faire des mauvaises choses c’est forcément mal, c’est rhétorique et on dirait que je parle comme une maman, mais si ça nous permet de rebondir alors c’est un mal pour un bien, si on se laisse se noyer alors personne ne pourra nous aider.
Je pense qu’il ne faut pas avoir peur d’échouer, il ne faut pas non plus avoir envie d’échouer, il faut juste se dire que ça peut arriver, qu’on n’est pas parfait, qu’on ne sait pas tout, qu’on peut se tromper dans nos choix mais qu’il n’y a pas qu’une voie unique dans la vie et si on n’arrive pas à faire ce qu’on veut quelque part, on y arrivera ailleurs.

Echouer est un mot négatif mais si on décide de l’embellir, si on met un soleil à côté et quelques fleurs qui représentent les leçons apprises alors cela devient une leçon qui nous accompagnera dans tous nos choix et les décisions importantes. Cela nous apprend de quoi on est capable ou pas capable. Finalement échouer, c’est avoir une nouvelle force, un nouveau pouvoir. Echouer c’est comme glisser sur une banane à Mario Kart mais quand même finir premier car on a eu la banane une fois mais pas deux.



No Comments

Enregistrer un commentaire