Mauvaises surprises | London Calling

mercredi 2 septembre 2015


Normalement hier, le 1er Septembre, devait rimer avec nouveautés. Bien sur, depuis hier vous avez découvert un nouveau design mais qui a eu quelques soucis d’implantation et le voici tout a fait en ordre à présent. Ensuite, il devait y avoir l’apparition d’une nouvelle rubrique afin de pouvoir lire les articles en anglais mais voilà, hier ne c’est pas totalement passé comme prévu et le post que j’avais écrit il y a de cela une semaine ne collait plus du tout avec ce que je voulais vous raconter maintenant.

J’avais envie que le blog prenne une nouvelle direction mais en arrivant à Londres, je me suis pris un tel coup au moral que non, je ne m’en sens pas capable à l’heure d’aujourd’hui. Je pensais que cela rimerai avec une nouvelle vie, un nouveau chapitre mais je pense qu’il va me falloir quelques jours voir quelques semaines pour lancer la machine. C’est nouveau pour moi, vivre loin de chez moi, partir seule, me confronter à la « réalité » de la vie et le choc sur certains aspects fut assez déstabilisant.

Pour être très honnête, j’avais écrit dans l’article que vous auriez dû lire hier qu’il fallait que je m’ouvre un petit peu plus à la vie, que je dise un peu plus « yes man » mais hier, vous dire ça aurait été qu’un tissu de mensonge car en arrivant ici, tout ce que je voulais c’était repartir. Six mois avant votre départ vous êtes excité, vous ne pensez qu’à ça et puis les jours se rapprochent et plus vous dites « mais qu’est ce que j’ai fait ! ». L’angoisse monte, vous vous dites que vous n’y arriverez jamais, que vous êtes complètement loco de faire ça et dans un sens vous ne voulez plus partir. La peur vous tétanise mais une part d’excitation et de curiosité vous dit « pourquoi pas ».

Alors pourquoi pas monter dans le train comme j’ai fait hier. A ce moment là je n’avais pas idée de ce qui allait m’attendre en arrivant. Une agence de location à arnaques, un premier logement désastreux qui m’a forcé à en demander un autre et me rendant encore plus pauvre que pauvre, un deuxième appartement où je n’ose pas sortir de ma chambre car tout est sale, la vaisselle pas faite, des poils partout par terre. Je me demande actuellement comment je vais faire pour aller prendre ma douche alors que le sol de la salle de bain me répugne et que je ne sais pas comment je fais faire pour poser le pied par terre. Certains diront que j’exagère, l’agence de location m’a dit que c’est parce qu’en fonction du prix qu’on veut bien mettre dans la location on a une éducation différente. Je ne vois pas ce qu’argent et éducation font ensemble mais bon…

Voici ici que les grandes lignes de mon arrivée mais j’ai tellement parlé de mon départ ici que je ne pouvais pas simplement vous dire « Je suis arrivée » parce que la vérité c’est que « Je suis arrivée mais ça ne va pas bien ». On idéalise forcément son départ, on espère qu’il soit un peu comme si ou un peu comme ça mais là, je suis juste paumée. Je sais que je ne suis ici que pour six mois, que mon appartement est surtout là pour que je ne dorme pas sous un pont mais je m’attendais a un tout petit mieux.

Ce n’est pas facile de faire le grand saut à 20 ans, se lancer dans le grand bain alors que je veux juste retourner dans mon lit qui me casse le cou et dans une maison propre chez moi, en France. Alors dans un sens, je me suis lancée un challenge. Personne ne m’a forcé à venir ici et je ne dois ce choix qu’à moi même mais oui, les débuts ne sont pas faciles. Il faudrait que j’aille de l’avant, que je me donne un petit coup de pied aux fesses et que je me dise « ça va aller Romy » mais je rumine.

Il était important pour moi de ne pas vous mentir et de ne pas idéaliser la situation parce que ça fait plus joli à raconter sur un blog. J’ai le moral dans les chaussettes, ça va moyen et c’était le premier « London Calling ». La rentrée arrive jeudi, les cours vendredi et peut-être que les choses changeront…

Je sais que certains d’entre vous partent aussi à l’étranger, profitez en à fond.

Je sais que certains d’entre vous se lance un nouveau défi scolaire, ne vous découragez pas et restez motivé.
Je sais que certains d’entre vous sont un peu perdus, ce n’est pas grave de se poser des questions, ce n’est pas grave de prendre le temps de faire les choses si c’est pour les faire bien. Faites vous confiance.
Je sais que certains d’entre vous continuent leur chemin, continuez, profitez de la vie comme toujours.


1 commentaire:

  1. J'ai tout à fait compris ce que tu ressentais en lisant ton post bien que partant la semaine prochaine. On nous dis que nous n'avons aucune raison d'être effrayés, perdus, déboussolés car nous avons la chance de vivre une expérience unique que beaucoup ne connaissent pas. Mais c'est ingrat de dire ça. C'est "faite ce que je dis mais ne faite pas ce que je fait". C'est complètement fou de partir de chez soi, de sa zone de confort, de son cocon familial, de ses habitudes. On part dans un pays qui fonctionne différemment du notre, où nous ne parlons pas forcément à 100% la langue, et on nous demande de sourire, et de faire comme ci tout allait bien. Non, c'est notre droit d'avoir un coup de blues, de demander une période d'adaptation. Demain, c'est ta rentrée. Demain tu vas rencontrer des gens qui auront une histoire, des idées, des souvenirs qui apporteront beaucoup à ta vie future. Ils partageront la même passion que toi, la même ouverture d'esprit, et tu en garderas de très belle pensée. Il faut se dire que bien qu'aujourd'hui c'était franchement nul, nous avons toujours demain pour rectifier le tir. Je sais que tu en es capable, TGT est l'essence même de ta générosité, de ta bonne humeur et de ta gentillesse. Tu es quelqu'un sur qui j'avais je ne douterais.
    Avec tout mon amour, mes ondes positives et mon soutien,

    Elie <3

    Ps: Pardon, pas de solution pour les poils :/

    RépondreSupprimer