Le vrai porte monnaie d'une bloggeuse

dimanche 5 avril 2015


Il m’arrive régulièrement de voir des bloggeuses faire des « tips » sur comment économiser son argent. En soit le sujet est très intéressant, utile mais avant de pouvoir économiser, on est tous d’accord qu’il faut commencer par en gagner.

Moi par exemple, je suis stagiaire et je suis loin de gagner 500 euros par moi. En plus de ça, quand on y réfléchit bien après avoir payé l’abonnement de téléphone, la carte navigo, l’assurance et l’essence de la voiture, il ne reste pas grand chose à mettre de côté, encore moins si vous voulez vous accorder un minimum de vie sociale.


Le problème c’est que, comme vous le savez peut-être, je déménage à Londres en Septembre et je n’ai absolument pas d’aller voir ma banque et de demander un prêt. Je veux dire qu’y a plus sexy que d’avoir un prêt à 20 ans et puis si j’étais vraiment prête à faire un prêt alors je serai aussi partie faire un semestre aux Etats-Unis cette année. Bref l’idée d’avoir un prêt sans revenu est quelque chose que j’ai dû mal à concevoir quand je pense au fait qu’un jour je devrais probablement faire un autre prêt pour un appart ou ce genre de truc qui font que vous rentrez dans la vie des grands.

On est tous d’accord, la vie est chère.

Je me suis donc lancée dans une phase « ne va plus sur Mango - garde ton argent - dépense juste pour te nourrir - vend tout ce que tu as - NE CRAQUE PAS ». Ce n’est pas facile, c’est frustrant, déprimant et heureusement que j’ai des tickets restaurants. On pourrait communément dire que je compte le moindre centime. 

Ces dernières semaines j’ai donc essayé d’établir un modèle pseudo stable pour mettre le plus de coté a travers trois principes d’une difficultée extrême à tenir.

  1. Etablir ses priorités


Clairement, ma priorité c’est de manger et de pouvoir me loger à Londres alors j’ai fait une liste type « liste de pour quoi je dois garder mon argent ». Quand je vois un truc qui me plaît, je me demande si c’est essentiel et si je dois craquer, si je ne survivrai vraiment pas sans cette chose et 99,9% du temps je peux survivre sans. C’est très frustrant de ne pas pouvoir se « faire plaisir » alors j’avoue je me suis laissée tenter par un restaurant lundi midi dernier mais j’ai fait attention pour n’en avoir que pour 8 euros. Economiser… C’est super dur face aux tentations qu’on croise tous les jours.
Faites le point, demandez vous si ce que vous voulez est utile et surtout dites vous que ce vous perdez dans telle chose c’est ce qui vous obligera à vous restreindre dans autre chose. Avec cette technique j’ai fait une croix sur le concert de Passion Pit que je rêve de voir en live depuis 2 ans, c’est pour vous dire…



  1. Faire un budget pour chaque projet
Vous avez une envie, une idée? Estimez, planifiez.
Ces derniers jours j’avais méga super envie de partir à Bruxelles et Amsterdam, j’ai regardé les billets et ça allait. J’avais le tout pour moins de 100 euros mais quand on pense au logement, à la nourriture, aux sorties… Cela ne va plus du tout et une fois estimé, on se rend bien compte qu’il vaut mieux oublier cette idée. J’ai aussi eu cette très bonne idée de vouloir partir à Baku (lien avec mon article précédent forcément). J’avais tellement aimé mon voyage à Londres pour les Jeux Olympiques que cet événement me faisait sacrément de l’oeil. J’ai regardé les billets….. J’ai fermé la page. Et le plus triste, c’est qu’en faisant je ne sais plus trop quoi pour avoir accès à leur extranet, je me suis retrouvée avec un formulaire d’accréditation dans ma boîte mail. Je n’y ai pas répondu forcément parce que même si j’imagine fortement qu’elle aurait été refusé, si elle avait été accepté (ce qui représente 0,1% de chance soyons d’accord) j’aurai été sacrément frustré. 
Les idées, les projets, on en a tous et pour qu’ils soient réalisables il faut pouvoir correctement les préparer et les estimer. Là encore est-ce une priorité? Posez vous bien la question afin de savoir si vous êtes prêt à sacrifier tant pour ça que vous n’aurez pas pour autre chose.

  1. Tenter de trouver un équilibre moral et porte-monnaie

Si vous ne voyez pas où je veux en venir laissez moi deux minutes, c’est un petit peu philosophique.
On dit souvent que les filles se réfugient dans le shopping après une rupture, c’est sûrement le truc le plus cliché que j’ai attendu mais on peut tout de même dire que quand on ne va pas trop bien, on a un peu envie de se faire plaisir pour se réconforter. Ainsi, la carte bleue a tendance à plus chauffer quand notre humeur est triste et maussade donc il faut tout faire pour être de bonne humeur. Je dis pas que je le suis tous les jours et en plus on pourrait penser que s’acheter un truc c’est se mettre de bonne humeur mais il faut tenter d’éliminer cette combinaison. Vous suivez toujours?
Etre bien dans sa tête c’est avoir un compte serein. Vous avez peut-être remarqué mais on a tendance à gérer son compte banque comme on gère sa vie ou ses relations amoureuses. Si c’est bien organisé tant mieux, si ça ne l’est pas alors il faut remettre de l’ordre avant l’appel du banquier.



Mais je sais que certains se disent parfois « oui mais Romane t’es bloggeuse, parfois on a quand même l’impression que tu as des avantages » et du coup je vais profiter de cet article pour vous en dire un peu plus sur l’envers du décor.

Tout d’abord les marques préfèrent les échanges de produits à la rémunération. La plupart du temps, les marques ou les agences vous contactent, elles vous demandent si vous serez intéressés par tel produit ou par tel événement et si oui, vous propose de vous l’envoyer ou de vous y inviter. Il y a rarement d’argent en jeu dans ce genre de procédé.
De temps en temps, la marque peut vous proposer un code promo à fournir à votre audience et si vous avez beaucoup de chance un lien d’affiliation (ou alors faut passer par les régies publicitaires). Le principe de l’affiliation c’est que si vous achetez un produit via le blog d’untel ou d’untel alors cette personne récupère un pourcentage sur votre opération de vente. Personnellement je suis très mal à l’aise avec tout cela. Je suis affiliée à de nombreuses marques mais j’ai du mal à les introduire dans un article en mode « yolo cliquez et allez dépenser votre argent s’il vous plaît pour que je gagne quelques euros ».

Pour continuer dans l’honnêteté, aujourd’hui il est plus intéressant d’être youtubeur que bloggeur. Bien sur avant de pouvoir avoir des revenus de ce genre de plateforme il faut attirer son audience mais il est plus facile d’avoir des vues que de demander à son audience d’aller cliquer sur les fenêtres publicitaires autour de son article souvent d’ailleurs bloquées par adblock et compagnie. Je pense penser juste en disant que seul un tiers des bloggeuses arrivent à vivre de leur blog et quand je dis cela je ne pense pas à des sommes astronomiques, la plupart doivent gagner entre 1200 et 2200 euros (large) par mois bien que tout cela est assez instable en fonction des période. Après bien sur il y a les élites qui deviennent égéries ou alors ceux dont on s’arrache les piges mais cela représente quoi, 10% ?

Je pense qu’on se fait une fausse image de la blogosphère car on y expose beaucoup de partenariats et de paillettes mais cela ne veut pas toujours dire une compensation financière. Pour ma part, je pourrai aller à deux/trois événements chaque semaine, vous en parler si ça m’a plu mais ne toucherait jamais d’argent venant de l’organisateur ou de la marque à ce sujet.

Aujourd’hui, la rémunération vient plus du public que des marques pour la plupart des cas et bien sur pour gagner leur vie, vous voyez ces youtubeuses vous harceler de liens promos sur Twitter et ces bloggeuses ajouter des liens sur chaque marque parce que c’est comme ça que ça se passe et dans un sens, si vous appréciez le travail d’une de ces personnes cela peut aussi être un moyen de le remercier ou de l’encourager dans l’idée qu’elle ait plus de temps à se consacrer à cette activité. Ce n’est pas le métier de tout le monde, c’est encore assez mal régulé et chacun essaye de sortir son épingle du jeu, souvent maladroitement mais ne soyez pas trop vif dans la critique. Je veux dire par là que même si j’écris avant tout parce que ça me plaît et parce que j’aime partager, personne ne dit non à quelques euros en plus pour arrondir ses fins de mois ou investir dans de nouveaux outils pour se développer quand l'opportunité se présente. Après bien sur, je ne parle pas de ceux qui font cela pour l'argent, c'est un tout autre débat beaucoup plus triste.

Moralité de l'histoire, l'argent ça se gagne mais on a l'impression que ça se perd la seconde qui suit en factures, craquages et besoins vitaux. Et si vous avez quelques tips pour économiser, let me know!


2 commentaires:

  1. J'essaie aussi d'économiser, donc j'ai réduit les concerts, les sorties. J'essaie de m'imposer de mettre sur un compte autre que mon compte courant la moitié de ce que je gagne ou qui est en "surplus". En tous cas, avoir un autre compte spécialement prévu pour l'épargne aide parce tu ne vois pas l'argent comme étant à ta disposition mais vraiment comme une somme qui grandit à côté :)

    RépondreSupprimer
  2. Instaure un virement mensuel de ton compte chèque vers ton livret A (qui a plus d'intérêt) ou livret bleu. C'est ce que je fais en tout cas et ça marche, même si la somme est peu élevée en soi ;) Bon, je ne dis pas que de temps en temps je ne me retrouve pas obligée de faire la transaction dans le sens inverse, mais globalement ce placement automatique m'est très utile et au bout ne serait-ce que d'un an, l'argent sauvée ne sera pas négligeable !

    RépondreSupprimer