Etre populaire : qui a la faveur de la population, du plus grand nombre

mardi 24 février 2015


Et Romy, t’étais populaire au lycée ?
Une question, une simple question qui en amène à s’en poser beaucoup sur la société d’aujourd’hui. Maël m’a posé cette question l’autre jour alors qu’on revenait d’une virée improvisée à Conforama. Je n’avais pas vraiment de réponse à lui donner car déjà cela dépend beaucoup de la définition qu’on donne à « populaire ». Est-ce avoir beaucoup d’amis? Est-ce être la personne que les autres copient? Est-ce être invité à des soirées tous les week-end? Oui, cela veut dire quoi « être populaire » ?


Je crois que tout ces jeunes, au collège ou au lycée, ce font une idée de la popularité à travers les séries américaines qui prônent la popularité du basketteur, de la pom-pom girl ou simplement du gosse de riche. Déjà on est en France et le modèle est complètement différent. Y a pas « ce » sportif avec qui toutes les filles rêvent de coucher et puis y a pas ces espèces de clubs qui classent chacun dans une catégorie.

J’ai répondu à Maël que même si oui, on identifiait des personne plus comme « skatteur » et d’autres comme « intellos », je crois qu’il n’y avait pas vraiment de genre. On donne un nom à ces personnes parce que vu qu’elles ont de nombreuses affinités, elles se rassemblent entre elles et c’est la particularité qui ressortait de leur groupe. Je pense que eux ne se voyait pas comme ça, c’est nous qui leur donnions cette image. Il n’y a pas de classes au lycée, du moins je ne l’ai jamais vraiment senti comme ça. Certains essayaient de se donner un genre, certains essayaient de créer cette classe des soi-disant populaire mais ils n’ont pas compris que ça marchait pas. Au lycée je parlais à tout le monde. J’avais mon groupe d’amis mais ça ne m’empêchait pas de discuter avec toutes les personnes de ma classe peu importe que ce soit celle qui était identifié « racaille », « intello » ou encore « un mec d’un autre groupe plus cool ».

Les gens passent leur temps à vouloir mettre les gens dans des cases alors que ça ne sert à rien. On ne peut pas stigmatiser un type de personne et on ne peut pas identifier une personne à travers une caractéristique de sa personnalité. 

Souvent les gens au lycée se donnent un genre. Il y a ceux qui ont peur de rien et qui le lundi matin raconte comment ils ont dépassé la limite de l’ivresse, il y en a d’autres qui raconte fièrement les exploits qu’ils ont fait avec leur nouvelle conquête, il y en a encore d’autres qui essayent de préserver leur sage image alors que tout le monde lit clair dans leur jeu. Je pense que les personnes qui ont le plus besoin d’attention ou de classer les gens sont ceux qui ont besoin de se rassurer, sont qui ont besoin de se sentir exister par une référence. Je trouve ça nul. Tu ne peux passer trois ans de ta vie à te dire « j’existe en tant que personne populaire », je veux dire personne n’est que ça. On est des humains qui parfois ont des hauts et parfois des bas. On n’est pas seulement « un type » de personne

Alors pour répondre à cette question en y donnant ma propre définition : oui j’étais populaire. J’étais populaire parce que je n’avais pas besoin de jouer un rôle pour me sentir bien avec mes amis. J’étais populaire parce que mes amis du lycée sont toujours mes amis d’aujourd’hui. J’étais populaire parce que je n’ai pas de regrets. Je n’étais sûrement pas le plus jolie, la plus intelligente ou la plus cool mais j’étais moi. J’étais populaire parce que ce que j’avais me suffisait et je n’avais pas besoin de superficialité pour exister. J’étais populaire parce que je suis riche de toutes les personnes que j’ai rencontré. J’ai sûrement fait plein d’erreurs aussi, j’ai peut-être parfois blessé des gens mais je n’ai pas joué avec eux. Si je devais retourner au lycée, je ferai pareil (enfin peut-être que j’essayerai d’avoir de meilleures notes au bac). J’aurai les mêmes disputes, les mêmes coups de coeur, les mêmes déceptions, je prendrai les mêmes choix. 

Si votre seul but dans la vie c’est « d’être populaire » durant vos années lycées sachez que vous allez gâcher 3 ans de votre vie car ces trois ans n’apporteront rien à votre vie future. Demain on s’en moque de à combien de soirées vous étiez invité chaque week-end, du nombre de fois où vous avez séché pour aller fumer une chicha un peu plus loin, du nombre de mecs que vous vous êtes tapés ou encore si chaque personne de votre lycée connaissait votre nom. Tout ça dans la vie réelle ça ne compte pas alors n’essayez pas de rentrer dans des cases fictives, ça ne sert à rien. Restez-vous, vous n’en sortirez que plus heureux. Peut-être qu’en restant vous mêmes tout le monde vous appréciera et tant mieux mais ne changez pas juste pour dégager une image que vous n’êtes pas.


Qu'en pensez-vous, y a t-il vraiment des classes au lycée? 
Devons nous seulement exister pour ce moment de notre vie?

No Comments

Enregistrer un commentaire