SLIDER

SALUT



The Ginger Temper c'ést le recit quotidien d'une rousse qui se dit "blonde vénitienne".
Romane - 21 ans - Paris

NEWSLETTER

jeudi 23 février 2017

Lolla ou pas lolla ?


Début Octobre, l’annonce est tombée. Après Berlin, Paris aurait lui son Lollapalooza.
Trop chouette pour la ville et pour la musique. Moins chouette pour le porte monnaie.
Qui dit superproduction américaine de chez Live Nation dit prix pour cette super prestation à gros noms. En effet, quand on annonce les Red Hot, Lana Del Rey ou encore The Weeknd en tête d’affiche, on se dit qu’on peut forcer un petit peu le prix quitte à être au dessus des gros festivals français.

Il y a deux façons de voir les choses : celle de se dire qu’un pass 2 jours à 149 euros ce n’est pas cher ou se dire qu’un pass 2 jours à 149 euros c’est méga abusé.

Il y a le point de vue « okay ce n’est pas si cher » si on en calcule à combien nous reviendrait le fait d’aller voir ces grosses têtes d’affiches en concert individuellement. Comptons 65 euros pour les Red Hot, 40 euros pour The Weeknd, 30 euros pour Imagine Dragons, 30 euros pour DJ Snake et on a déjà dépassé les 149 euros du pass 2 jours sans évoquer la scène émergente qui sera elle aussi présente lors de ce festival. On peut alors se dire que d’une pierre deux coups on fait des économies car on en aurait pour plus cher à cumuler les concerts et que même si on y va pour les artistes majeurs, on va sûrement se faire surprendre par des artistes moins connus mais talentueux comme Max Jury, Tess ou bien Bear’s Den. Bon bien sur, si on veut se rendre au festival que pour Tess ou Max Jury, ça peut être plus rentable d’aller les voir en concert individuellement.

Il y a ensuite le point de vue « quooooooi ? mais c’est abusé » qui se base sur le fait que 149 euros par jour ça fait 74,50 euros la journée et que même un pass 3 jours à Solidays peut être moins cher alors que c’est sur le même lieu. On peut aussi comparer le fait que ce pass 2 jours coûte 30 euros plus cher que le pass 4 jours des Vieilles Charrues et que si le festival breton se basait sur les mêmes estimations tarifaires on pourrait en avoir pour 300 euros les 4 jours. On peut aussi révéler le fait que le Main Square, produit également par Live Nation et où on retrouve de nombreuses similitude de line up a 1 ou 2 ans près, propose un pass 3 jours à 129 euros donc 20 euros moins cher avec un jour supplémentaire. Autant de comparaison qui nous font nous demander si finalement on ne paye pas plus le nom que le produit comme quand on achète un polo Lacoste, si on ne paye pas plus le crocodile que la pièce en elle-même.

Après des jours et des jours de réflexion à me demander si je mettais une somme conséquente dans ce festival, le destin a finalement choisi pour moi en me faisant travailler ce week-end ci car Tour de France oblige mais si vous êtes dans le même dilemme que moi, attendez 17h ! En effet, le festival révélera à 17h aujourd’hui la programmation journalière et mettra également en vente les billets jours, de quoi peut-être vous faire faire des économies si vos artistes favoris passent plutôt le samedi ou plutôt le dimanche.

Finalement avec sa culture américaine, j’ai cette impression que le Lollapalooza apporte avec lui une ambiance Coachella en mode « must go » et où je dois être « must see » pour poster sa photo instagram et son statut Twitter et que cela pardonne un peu ce prix exorbitant malgré une line up que je reconnais très alléchante. C'est un peu dommage car cela devient un événement de paraître plutôt qu'un événement musical qui a tellement à faire valoir pour une première édition parisienne.

Suis-je la seule à penser ça ? 
Que le Lolla parisien est un mini-Coachella ?

Beaucoup d’amour  Prend soin de toi.

Romy
Aucun commentaire

mercredi 22 février 2017

Les Girls de 2017 : Maggie Rogers

Dans la série des girls à suivre en 2017 mais surtout des girls à voir en concert, là, tout de suite, après-demain, il y a Maggie Rogers qui sera vendredi soir au Point Ephémère à Paris. Sa prestation de la semaine dernière chez Fallon me fait à nouveau regretter de partir pour la Belgique quelques heures avant sa scène parisienne alors espérons que ma première fois chez les Flamands en vaille la chandelle !


Vous avez déjà dû voir son nom associé à celui de Pharrell Williams. C’est lors d’une Masterclass avec celui-ci que la jeune femme est révélée avec l’écoute de« Alaska » et une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux. C’est dans un de ces articles la citant comme la nouvelle pépite découverte par Pharrell que j’ai à mon tour découvert sa douceur et sa simplicité.

Depuis vendredi son EP « Now That the Light is Fading » est disponible et je ne me lasse pas de son écoute chaque matin pour accompagner l’ouverture de mes paupières. Il y a dans « Alaska » la douceur du matin, celle d’une voix qui s’éveille petit à petit, murmurée. Dans « On + Off » qui suit, sa voix est plus affirmée, le tempo de la mélodie beaucoup plus folk. Ce titre vient entre coupé cet EP qui s’inscrit dans un esprit nature et grands espaces comme au travers du premier titre « Color Song » où la voix de Maggie se pose sur une mélodie qu’on associerait au chant des cigales. De même dans « Dog Years », au travers de cet esprit pop folk affirmé et de sa voix mélodieuse, il y a ce coucou d’oiseau qui revient a plusieurs reprises comme pour rappeler le fil rouge de cet EP qui apporte un sentiment d’évasion, de liberté mais surtout de respirer quelque chose de nouveau, doux et pas pollué par un air surfait. Le dernier titre « Better » s’entremêle entre notes électroniques et tempo soul toujours dans une idée de douceur, de vaincre cette solitude mais sans colère.

Il y a chez Maggie Rogers la douceur enfantine et innocente des débuts de carrière qu’on pourrait peut-être prendre pour de la timidité mais on raye vite cette idée quand on a la voit bouger avec poésie sur scène. Elle interprète ses chansons sans se perdre dans un personnage. Elle transmet sa douceur et quand la dernière note se perd, on a juste envie de courir dehors rester le grand air. Produit de la viralité d’internet, elle dégage une assurance naturelle qui contraste avec les artistes électro pop qui émergent du même canal.

Bref Maggie Rogers est carrément une girl à suivre en 2017.

Merci Pharrell pour la découverte et si vous ne savez pas quoi faire vendredi soir, le concert est complet mais il y a peut-être quelques places qui cherchent preneur sur internet !


Aucun commentaire
© The Ginger Temper • Theme by Maira G.