SLIDER

SALUT



The Ginger Temper c'ést le recit quotidien d'une rousse qui se dit "blonde vénitienne".
Romane - 21 ans - Paris

NEWSLETTER

jeudi 1 décembre 2016

Mon mini Cesar à moi


Jeudi soir, j’étais au cirque d’Hiver pour la cérémonie de remise des prix Communication et Entreprises. C’était la seconde fois que je me rendais dans ce lieu majestueux. Quand on pense au cirque on pense au chapiteau et pourtant dans ce lieu qui ne se démonte pas au fil des saisons, on ressent l’esprit du cirque. Les dorures, les sièges, les miroirs, ce rouge sang et ces moquettes. C’est vraiment flamboyant. 

Voilà plusieurs semaines que nous avons été informés que ce prix serait remis à notre projet et je vois cela comme la récompense de longues heures de travail, la réponse à toutes ces fois où je me suis demandée « pourquoi on se casse la tête ». C’est comme si c’etait mon petit Cesar à moi. Désolée si ça fait un peu je me la raconte mais ça me paraît tellement énorme que des professionnels de mon monde choississent ce projet. 

Il y a un an, je passais mon entretien de stage pour rentrer dans l’entreprise du trèfle. Je voulais vraiment faire mon stage chez un annonceur et en réalité, sur le papier, l’offre n’etait pas la plus excitante. C’etait bien mais quand on prononce les mots « rapport annuel, rapport d’activité, rapport RSE...», on n’imagine pas trop ce qui nous entend. L’avantage de la mission qui m’a été confiée c’est que j’allais faire de l’édition pour une finalité digitale. 
Cela a été un travail monstrueux, de petite fourmi entre la vérification des données à mettre en avant, faire vérifier les scripts de nos capsules et motion par les métiers, la création de ces capsules, les tournages, le choix du graphisme des motions et la tête de nos petits personnages, le choix des voix de nos personnages puis leur enregistrement, la recette d’un site internet sur tous les devices possibles. Un nombre incalculable de retour agence, des matins tôt, des soirs tard, des relectures à n’en plus finir. Parfois on souffle et on se dit qu’on s’est lancé dans un plan faramineux et que ça ne sortira jamais à temps. On a une tonne de dossiers qui s’empilent sur d’autres sujets au coin du bureau mais on veut être fier, on veut le partager à tout le monde. Trois mois après le début de mon stage, le site de notre rapport d’activité voyait le jour et j’ai partagé le lien sur tous mes médias sociaux en mode « coucou, venez voir ce sur quoi j’ai bossé pendant des jours et des jours et dont je suis trop fière ». 


Tout le long de la conception de ce projet, les gens parlaient de ce Grand Prix. Ils espéraient tous que ce travail soit récompensé, qu’au vu de la masse de travail que ça a demandé cela serait une belle reconnaissance. Pour moi, c’était a mille lieux d’être. J’étais loin de comprendre la signification d’une telle récompense, cela me paraissait suscint. Et pourtant ! Un, on a reçu ce Grand Prix. Deux, ce n’est pas suscint, c’est une belle récompense. C’est voir son travail être reconnu, ses efforts remarqués. C’est plus impactant que cela le semble et c’est même une source de motivation. C’est le travail qui paye. 

Alors voilà, je peux écrire sur mon CV que ce projet a remporté un Grand Prix, j'ai passé une belle soirée et tenu dans mes mains une moitié de prix qui ressemblait à une statuette façon Cesar, j'ai eu un médaille en chocolat et j'ai envie de passer le reste de mon temps à concourir pour des prix où les gens applaudiront mon travail parce qu'il n'y a pas de plus grande fierté que d'être félicité pour ce qu'on accomplit, dans la vie pro comme dans la vie perso.

Pendant des mois, je suis dit « c'est cool, c'est joli mais ça mène à quoi ? » et ça mène à la récompense. La récompense n'est pas toujours un prix, cela peut être compliment, un mail qui félicite, une opportunité de nouveau dossier ou de travail... La moralité de tout ça c'est que même quand on navigue un peu à l'aveugle, il ne faut pas s'arrêter. On finit toujours par voir la lumière au bout du tunnel. 


Et vous, à quel moment avez-vous été fier de ce que vous avez accompli à en avoir envie de le crier depuis le haut de l'Arc de Triomphe ?




Aucun commentaire

mardi 29 novembre 2016

Une mini semaine de ♀ - un peu de chaleur pour entamer décembre

Petit un : il n'y a pas besoin d'être le 1er janvier pour prendre une bonne résolution.
Petit deux : je ne sais pas si on peut appeler mon envie de commencer chaque semaine avec un article musical "une semaine de nana" pour mettre en avant nos nombreux talents féminins une résolution. Disons que c'est une envie, un projet. Bien sur, ne pensez pas que cela signifie que je vais bannir de ce blog nos Jules poétiques et les Georges bad boy. Après tout, on a besoin et d'hommes et de femmes pour faire un monde !

Bon, je vous l'accorde, la semaine commence mal puisque nous sommes déjà mardi et j'ai donc déjà sauté un jour néanmoins, plaçons les 4 prochains jours sous le signe de la chaleur pour éviter de déprimer à l'idée que jeudi nous serons le 1er décembre, qu'on pourra commencer nos calendriers de l'avent et qu'il ne restera plus que 31 jours pour rendre 2016 mémorable. Avec un peu de chaleur, on pourrait facilement s'imaginer sous les palmiers d'une île paradisiaque plutôt que tremblotant sur place à 7h20 du matin en prenant le bus. Avec un peu de chaleur, on aura aussi un peu de compassion pour les mannequins de Victoria Secret qui défileront dans la nef glaciale du Grand Palais mercredi soir. Avec un peu de chaleur, on s'évade et on attend patiemment des vacances plus ensoleillée à venir.


MARDI PETITE ROBE NOIRE
Dynabeat - Jain



Commençons avec la talentueuse Jain. Rien que d'évoquer son nom de scène et déjà le soleil rayonne au dessus de nos têtes. Il y a un peu de sa pochette plus jaune que le soleil mais surtout la gaieté des ses chansons et ces sonorités inspirées de ses voyages qui nous évadent. Vendredi, elle a sorti son EP Zanaka où on trouve le titre Dynabeat que j'avais déjà adoré découvrir en live et dont je ne me lasse plus. Pour ceux qui l'ont vu cet été en festival, alors la chanson "Paris" doit vous dire quelque chose. Je suis un peu déçue de ne pas la trouver sur cet EP mais apparemment Jain prépare un autre projet où on retrouvera ce magnifique titre hommage. L'année dernière je vous publiais un article vous disant que Jain était mon rayon de soleil de l'hiver, cela n'a pas changé. Elle et sa musique illumine mes journées et j'ai hâte qu'elle illumine mon 6 mars prochain à l'Olympia.


MERCREDI COUNTRY
White Flag - Joseph



J'appelle cela un mercredi country mais on pourrait tout simplement appeler ça un mercredi joyeux comme ce mercredi 2 novembre où elle se produisait en première partie de Michael Kiwanuka à La Cigale. Ce soir là, elles ont brillé, rayonné dans toute la salle avec leur vivacité, leur complémentarité. En écoutant leur album, j'avais trouvé que certains titres manquaient de rythmes et que cela sonnait finalement un peu trop creux quand on arrivait à la moitié de son écoute sans aléatoire. En live, on n'a pas une minute pour s'ennuyer. Tantôt on tape du pied, tantôt on se balance de gauche à droite. Elles donnent ce rythme qui nous manque dans quelques versions studios et c'est un plaisir. Le sourire aux lèvres, le murmure délicat, la guitare chantante... Elles sont incroyables et ce live chez Jimmy Fallon illustre cette joie qu'elle communique !


JEUDI SUD AMERICAIN
Bang Room - Lao Ra



En juin dernier je vous présentais déjà cette artiste colombienne qui nous faisait découvrir son pays, ses origines à travers sa pop tropicale et son côté rebelle revenant sur son éducation modèle. Lao Ra a dévoilé un titre davantage r'n'b à mon goût mais toujours avec ses sonorités tropicales qu'on avait remarqué précédemment. C'est ces airs là qui nous font voyager. Ce ne sont pas les synthés de la pop américaine ou même de notre pop française, de plus en plus électro. C'est moins trafiqué, si on peut dire ça comme ça. Là aussi, elle nous apporte un peu de chaleur, elle nous donne envie de s'évader, de se rebeller avec elle dans les rues de Bogota et d'affirmer sa féminité, affirmer sa personnalité.
D'ailleurs alors qu'on aurait plutôt envie de se réchauffer en allant lui rendre visite en Colombie, elle sera à Paris dans le cadre du Winter Camp Festival le 10 décembre au Point Ephémère.


VENDREDI COTE OUEST
Big South - Rocky (Yuksek Remix)



Il est vrai que j'avais promis une semaine de nana mais j'étais obligée de vous parler de ce remix qui me met de trop bonne humeur même à 6h10 quand le réveil sonne. Déjà j'avais adoré la chanson originale de Rocky mais vous savez aussi comment j'aime Yuksek alors quand j'ai vu que Yuksek allait remixer Big South, je savais d'avance que j'allais l'écouter à n'en plus finir. C'est frais, pétillant. ça vous donne envie de sauter partout, de crier votre joie, vos amours. En plus j'étais un petit peu obligée de vous parler de Yuksek qui était hier avec Her aux Trans Musicales de Rennes (et un jour il faudra vraiment que j'aille à ce festival) mais SURTOUT de Rocky qui a sorti son album il y a deux vendredis : Soft Machine ! Si vous ne l'avez pas écouté vous ratez de l'amour à n'en plus finir et des titres exceptionnels comme : Band Against The Wall rythmé à souhait, Brandy & Monaco plus jazzy et This Love pour les fanas plus électro. Promis, vous me remercierez après écoute !


Et vous, quels sont vos titres du moment pour vous réchauffer ?



Aucun commentaire

vendredi 25 novembre 2016

Fast life


Aucun commentaire

mercredi 23 novembre 2016

Accident en Romymobile


Il y a deux semaines de ça, alors que ma routine métro - boulot - dodo était bien installée, Monsieur (ou Madame) le Karma a décidé de venir y ajouter quelques rebondissements. De nos jours, il est en effet trop compliqué de demander une petite semaine de tranquillité sans péripéties contrariantes, transports en retard, microbes qui bouchent votre nez, compte en banque à découvert… Cette semaine s’annonçait reposante jusqu’à ce que la Romymobile soit victime d’un petit accident et ça, dès le lundi. Je dis « petit » parce que je vais bien mais en réalité, il y en a quand même eu pour 2 000 euros de réparation alors je vous laisse choisir l’adjectif de description que vous souhaitez.

Aucun commentaire

lundi 21 novembre 2016

Une semaine de ♀- sensualité affirmée

Je ne sais pas vous, mais travailler 5 jours la semaine dernière, cela m’a complètement perturbée après les deux ponts du début du mois. J’ai attendu avec impatience que vendredi arrive en espérant éviter « la merde du vendredi » aka le dossier / mail / appel très très très chiant qu’il faut traiter en urgence avant de goûter à la liberté du week-end.

A présent, le week-end est terminé, une nouvelle semaine a pris la relève et pour survivre jusqu’à vendredi prochain 18h30, rien ne vaut de la bonne musique pour nous accompagner. Parce que cela fait un baaaaaaail que je ne vous ai pas fait de petite sélection musicale, j’ai pensé mettre le girl power à l’honneur avec un jour, une artiste. Vous n’avez donc plus qu’à suivre mes suggestions et vous laissez bercer par l’atmosphère !

LUNDI SENSUALITÉ
A nos corps aimants - Olivia Ruiz



Tout commence avec son premier single « Mon corps, mon amour » et son refrain qu’on chante à tue-tête « Je baise donc je suis ». Une première affirmation de la sensualité, du désir et de la féminité que met en lumière cet album. Pas de tabou, pas de filtre, l’amour c’est bien, le sexe aussi et il n’est plus question de s’en cacher. La femme veut se faire désirer, la femme n'est pas qu'une maman ou une épouse ou une fille de ou encore une travailleuse. On retrouve dans cet album les différentes facettes de la féminité au travers des différents rôles de la femme. Comme dans ses précédents albums, le rythme est tourbillonnant, les cuivres apportent la tourmente, l'excitation, son accent apporte un air ibérique qui réchauffe et qui ajoute une nuance femme fatale à ce discours affirmé !


MARDI ALTERNATIF
Leon – The Japanese House



Derrière The Japanese House, la voix d’Amber Bain qui fait illusion à son film préféré « Leon » dans cette chanson où son grain enivrant devient magnétique. On a l’impression d’être dans un univers parallèle, doux, féerique. C’est la seule chanson écrite avec un narrateur extérieur comme si Amber écrivait sa propre fin de film, une lettre pleine de désir et de fantasme. C’est une pop mélancolique et romantique qui conclut son EP sur une note dynamique grâce à des synthés rebondissant. C’est l’EP du mardi matin pour rêver en regardant le paysage défilé derrière la vitre du train de banlieue.

MERCREDI DOUCEUR
Endlessly - Tess



En septembre, je découvrais le premier titre de Tess « Love Gun » et j’étais déjà fan de cette voix soufflée si particulière. Ses paroles sonnent comme des murmures accompagnés par une mélodie qui vous fait taper le rythme du pied, tantôt tourner les hanches avec un arrangement assez r’n’b. Je ne se lasse pas de cette douceur dépaysante qui vous plonge âme et esprit sur son île de la Réunion. C’est chaleureux et ça donne envie de découvrir avec impatience son album prévu pour 2017.

JEUDI MISE EN BOUCHE
Dancin’ In Circles – Lady Gaga



Mettons les pieds dans le plat, pour ceux et celles qui n’ont pas encore écouté cette chanson, Lady Gaga y parle de masturbation mais je n’ai aucun gène à l’écouter. Le thème de cette chanson colle avec le thème de cet album finalement si personnel où elle laisse place à davantage de sobriété que les artifices qu’on lui a connu d’un point de vue voix, arrangements, instruments et même sur sa pochette ou son dernier clip. Le mot d’ordre c’est des sonorités ralenties pour mettre en valeur sa voix soul, jazzy qu’on avait apprécié dans son album « Cheek to Cheek » avec Tony Bennett. C’est l’exploration de nouveau territoire ou en tout cas, trouver une manière d’en parler comme dans cette chanson. Niveau mélodie, ce titre reste catchy et fait la transition entre ce qu’on lui a connu et ce vers où elle s’aboutit à présent.

VENDREDI FOLIE
True Disaster – Tove Lo



A l’heure d’aujourd’hui, et au travers de ce nouvel album, Tove Lo représente pour moi la liberté, la folie, l’exotisme, la découverte de nouvelles sensations, l’esprit « se sentir vivant ». C’est contradictoire avec ce single où elle plonge dans une relation amoureuse destructrice où elle sait qu’elle va finir blessée et pourtant… Elle garde cette folie dans ses choix, dans ses chansons comme une Cool Girl : elle fait ce qu’elle veut. Il y a également toujours cet air dansant comme pour rééquilibrer l’histoire qu’elle chante, qui sonne souvent personnel et dans laquelle peut se retrouver son public. C’est l’album du « give zero fuck and do it », c’est l’album qui t’invite à vivre et accepter tes désirs. Tiens on retrouve l’esprit Olivia Ruiz.
Aucun commentaire

vendredi 11 novembre 2016

#WelcomeFans à Amsterdam


Alors que l’Equipe de France jouait hier contre la Suède, j’étais le mois dernier à Amsterdam pour les voir jouer face au Pays-Bas à l’Amsterdam ArenA. Après l’Angleterre à Wembley en novembre 2015, c’était le second match de l’Equipe de France auquel j’assistais en dehors de notre territoire grâce à Accor Hôtels et leur programme Welcome Fans. Il a suffi d’un retweet pour que la chance me sourit et prendre un Thalys matinal le 10 octobre dernier. 

J'ai donc passé une petite journée à Amsterdam avec Accor Hôtels, une journée parfaite grâce à leur belle hospitalité mais aussi à ce match victorieux (0-1, but de Pogba) bien que finalement pas brillant avec une main non sifflée pour les Pays-Bas en fin de première mi-temps et une seconde mi-temps où nos joueurs peinaient à se créer d'autres occasions. Même si la France gagne, le jeu français de cette fin d'année n'est pas de toute beauté pour un finaliste du championnat d'Europe. 


Nous sommes arrivés en milieu de matinée à Amsterdam et avons tout d'abord pris le temps de se poser à notre hôtel pour découvrir une box d’accueil #FiersdetreBleus. Echarpe, lunette, bracelets… et un maillot collector avec le match et la date sur la poitrine, autant vous dire que cela annonçait la couleur de cette journée au programme riche et qu'on commençait avec les étoiles dans les yeux. 

Bien qu'il faisait un peu plus frais ce jour-ci que lors de mon week-end entre filles au mois de septembre, il était si agréable de se balader dans Amsterdam. Du soleil, pas trop de vent, un peu plus frais que Paris car plus au nord mais si ce n'est pour se rendre au stade, on a tout fait à pied et c'était si agréable (et j'ai encore failli mourir une bonne dizaine de fois car les cyclistes me rendent folle à débarquer de partout). 

Après un déjeuner avec vue sur les canaux s'il vous plaît, c'est sur l'eau que s'est déroulé l'après-midi pour une visite d'une heure et demi sur les canaux. On a exploré le sud de la ville pour remonter vers le centre, s'excentrer vers Jordaan, arriver derrière la gare, longer le port et le NEMO, revenir par l'intérieur jusqu'à la gare. Bref, une belle visite riche en anecdotes mais surtout en petit détail auquel on ne fait pas forcément attention à pied. Là on se laisse bercer et on observe autour de nous, pas de risque de se faire renverser par un vélo. On a même pu prendre la barre nous aussi mais je vous avoue que ce n'est pas le moment où je me suis sentie le plus à l'aise, j'avais l'impression de tourner le volant sans fin. Bretonne et incapable de faire du bateau, croyez moi vous n'en croiserez pas tous les jours des comme moi.

A la suite de notre balade sur l'eau, on a pris du temps pour se balader en ville et notamment descendre jusqu'au Palais Royal où s'était installé une fête foraine avant de rentrer à l'hôtel pour se préparer pour le match. Un délicieux apéritif dînatoire dans un excellent barre à vin et nous prenions la route pour l'Amsterdam ArenA. Un petit peu excentré du coeur de la ville mais trajet nous rapide, nous voilà dans une zone d'affaire avec quelques tours et un stade qui n'a pas tant ça la forme d'un stade. De l'extérieur il fait presque centre commercial finalement parce que ces stades sont d'un standing supérieur aux nôtres. Il en est de fait très impressionnant car très imposant. 

Sans parler du match, l'ambiance était vive ce soir là. Malgré un stade qui n'était pas plein, les chants des supporters néerlandais comblaient ce manque avec beaucoup d'entrain. Quand ils chantent, ils ne font pas semblant. Ce sont des supporters infatigables, un peu à l'image des anglais, qui savent donner vie à leur stade. Assis au cinquième rang, on avait cette distance raisonnable qui fait qu'on était assez en hauteur pour voir tout le terrain, pour avoir l'impression qu'on n'est à seulement 2m de Gignac quand il s'entraîne et qu'un ballon perdu peut potentiellement vous arriver dessus. Malgré cette seconde mi-temps aux relances à la peine, c'est toujours aussi fort de voir son équipe dans un autre cadre, ailleurs qu'à la maison. Il y a ce sentiment de fierté qui est décuplé car "on vous regarde". Vous êtes l'invité, vous êtes "l'étranger". J'ai ressenti la même chose à Wembley, bien que le contexte n'était pas facile et qu'une fraternité avait lié anglais et français, cette joie d'être là pour votre équipe et pour vivre votre passion. 




Et parce que vous savez que j'adore vous parler de comment les sponsors activent leur partenariat, puisque c'est la problématique d'une entreprise quand elle s'associe à un événement par exemple afin de créer une association de marque, laissez-moi vous parler un peu plus du programme Welcome Fans d'Accor Hôtels que je trouve vraiment très intéressant.

Quand Accor est devenu Accor Hôtels en juin 2015, le changement de nom du groupe a initié une nouvelle signature de marque qui est "Feel Welcome". Nouvelle charte graphique, nouveau nom, nouvelle signature mais aussi nouvel esprit avec l'idée de créer un état d'esprit fédérateur mais aussi un lien entre les différentes marques du groupe qu'on n'associe pas toujours à Accor Hôtels. 

Au travers de cette signature, Accor Hôtels a en quelque sorte redéfini sa manière de communiquer autour de ses partenariats. Vous avec peut-être entendu parler de la campagne "Welcome Les Bleus" qui a lieu en juin durant l'Euro où pendant 15 jours, Accor Hôtels faisait gagner chaque jour des dotations différentes. Une opération en corrélation avec la campagne publicitaire du même nom qui soulignait le fait qu'Accor accueille les Bleus mais aussi les supporters afin de contribuer à l'expérience fans qu'ils allaient vivre en supportant les Bleus à travers la France. 


Après Welcome Les Bleus, on parle de #WelcomeFans.
Avant Amsterdam, cette opération avait été uniquement déclinée dans le cadre de concerts à l'Accor Hôtels Arena avec tout d'abord Céline Dion puis Justin Bieber. Il y a ensuite eu la première expérience sportive que j'ai vécu à Amsterdam pour un match de l'Equipe de France puis très récemment ils ont réitéré l'expérience lors de la finale du BNP Paribas Masters et je vous assure qu'en voyant leur terrasse d'en bas, j'y serai bien allée y faire un tour.

D'un point de vue sportif, Accor Hôtels permet de vivre une vraie expérience. Pour mon cas cela a inclut un voyage à l'étranger, une expérience donc de service en appréciant la qualité de l'hôtel où on était mais aussi une expérience touristique en découvrant une nouvelle ville et une expérience sportive en assistant à ce match dans un cadre exceptionnel car très bien placé. Un trois en un quoi. Ce programme permet de vivre expérience unique et incomparable, de réunir fans et passion pour apprécier un moment qu'on n'aurait pas imaginé vivre.

Mais le programme Welcome Fans ce n'est pas que #WelcomeFans. Cela inclue deux autres opérations dont le "Golden Ticket" qui propose à des fans qui ont déjà des places pour un événement de "upgrade" leur moment avec chauffeur, entrée prioritaire et accès au lounge ; et également "En Avant Première" au travers de l'inscription au programme de fidélité Le Club AccorHôtels pour bénéficier de préventes et offres exclusives.

Bon et puis même si je sais que c'est bien de laisser sa place aux autres un peu, n'espérez pas me voir arrêter de tweeter car vous connaissez aussi ma folie des concerts et j'adorerai assister à l'un d'eux à l'Accor Hôtels Arena dans des conditions exceptionnelles :)))


Pour être le prochain ou la prochaine à vivre une expérience #WelcomeFans, je vous invite vivement à suivre Accor Hôtels sur leurs médias sociaux Facebook et Twitter notamment car c’est un programme pour lequel ils semblent avoir de nombreuses idées et envies.

D'ailleurs aviez-vous entendu parler de cette opération ?
Cela ne semble t-il pas trop fou comme expérience à vivre ?





Aucun commentaire
© The Ginger Temper • Theme by Maira G.